Passer au contenu principal

«Le Grand Conseil doit débattre du projet de parc du Jorat»

L’association Parque pas mon Jorat lance une pétition pour que se crée un débat politique.

Le président de l’association Parque pas mon Jorat, André Jordan (sur la calèche), et le vice-président, Jean-Philippe Rey (à vélo), accompagnés par Éric Buttet.
Le président de l’association Parque pas mon Jorat, André Jordan (sur la calèche), et le vice-président, Jean-Philippe Rey (à vélo), accompagnés par Éric Buttet.
Philippe Maeder

«Les promoteurs du projet de Parc naturel périurbain du Jorat en parlent toujours comme si c’était un fait acquis. Mais pour l’instant, les seuls débats prévus sont ceux qui auront lieu dans les conseils généraux ou communaux concernés, lorsque les assemblées devront se prononcer sur les changements d’affectation des parcelles. Nous estimons qu’un projet d’une telle ampleur devrait au moins être débattu au Grand Conseil.»

Depuis samedi, André Jordan et Jean-Philippe Rey – respectivement président et vice-président de l’association Parque pas mon Jorat – impriment, distribuent et font signer une pétition intitulée «Pour la défense de la liberté d’accès dans les bois du Jorat». Et d’après leurs constatations, l’accueil du public à leur démarche est favorable. «On a récolté plus de 100 signatures lors des trois premiers jours», annonce Jean-Philippe Rey. «Les gens signent même s’ils ne sont pas fondamentalement opposés, car ils trouvent aussi que ce projet mérite un débat plus large», explique André Jordan, par ailleurs ancien syndic de la Commune de Carrouge.

Comme cela a déjà été évoqué, les professionnels de la filière bois semblent particulièrement réfractaires au projet. «Samedi, à la Fête de la forêt du Groupement forestier Broye-Jorat, à Oron-la-Ville, j’ai reçu énormément de messages de soutien, constate Jean-Philippe Rey. Plusieurs personnes n’ont pas pu signer car leur employeur est officiellement favorable au projet, mais les gens du terrain sont derrière nous.»

Les deux membres du comité sont venus présenter leur pétition en calèche et à VTT, tout un symbole puisque ces deux catégories de promeneurs s’apprécient en général moyennement. Ils ont profité de l’occasion pour annoncer l’organisation d’une journée festive ouverte à toutes et tous. Intitulée «La forêt comme on l’aime», elle aura lieu samedi 26 mai au refuge de la Moille-aux-Frênes, à Corcelles-le-Jorat, avec, au menu, country music, tours à poney, parcours VTT et grillades.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.