«On grandit en ville avec trop peu de clés de lecture»

UrbanismeLes médiateurs de «Ville en tête», comme Katell Malledan, sensibilisent les petits citadins de Lausanne et Renens à leur environnement bâti.

Katell Malledan: «Le Flon et l’arche enterrée du Grand Pont sont idéaux pour illustrer l’évolution de la ville.»

Katell Malledan: «Le Flon et l’arche enterrée du Grand Pont sont idéaux pour illustrer l’évolution de la ville.» Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’association Ville en tête, née en juin, veut sensibiliser le grand public et les jeunes à l’environnement naturel et construit. Son premier projet reprend le programme pédagogique lancé par Tribu architecture il y a quinze ans. Il est mené par douze médiateurs dans 30 classes primaires de Lausanne et de Renens. L’architecte Katell Malledan est l’un d’eux. Elle explique cette démarche, qui veut toucher d’autres villes du canton et sera suivie d’autres projets.

– En quoi est-il important de sensibiliser les enfants à l’environnement bâti?
– On grandit dans un milieu urbain avec très peu de clés de lecture. L’école aborde les questions de territoire en géographie et en histoire, mais n’en propose qu’un survol. Il nous semble essentiel d’aller plus loin, d’éveiller le regard et la conscience des enfants à ce qui les entoure.

– Comment vous y prenez-vous?
– En abordant des notions de durabilité comme le vivre ensemble et l’écologie: habiter en ville oblige à partager, l’étalement urbain entraîne de la pollution. Mais nous abordons aussi la citoyenneté: il est possible d’influencer le développement de son environnement, via les mises à l’enquête ou les démarches participatives.

– Inciter les enfants à participer n’en fait-il pas de futurs opposants?
– Non! Si une démarche participative n’est pas un alibi et est faite au bon moment, soit avant que le projet soit ficelé, elle engendrera plus d’adhésion, de compréhension, et finalement une meilleure appropriation du projet.

– Comprendre, s’approprier l’environnement, est-ce à la portée des enfants de tout âge?
– Oui, si l’on part de leur habitat quotidien. Avec les plus petits (ndlr: le programme va de la 1P à la 8P, de 4 à 12 ans), on parle des pièces du logement, de la maison et de la rue où elle se trouve. Puis on étend cela au quartier, à la ville puis à la métropole.

– Une visite hors de la classe est prévue. Pourquoi?
– Elle permet de mieux comprendre la ville, son évolution. Le quartier du Flon, par exemple, raconte tout un pan de l’histoire industrielle de Lausanne. Savoir que le Grand-Pont a en fait une deuxième arche enterrée fait que l’on regarde la ville autrement.

– Quelles sont les préoccupations des enfants?
– C’est d’abord leur propre environnement. Mais le groupe a un effet magique. Lors de la réalisation d’une maquette de «ville idéale», les enfants avaient doté tous leurs habitants d’une voiture, mais n’avaient prévu aucun parking. Ils sont tombés d’accord sur le fait qu’il valait mieux renoncer à autant de véhicules plutôt que de condamner le parc public.

– Y a-t-il dans chaque enfant un urbaniste qui sommeille?
– Hum… (sourire) On ne peut pas vraiment dire ça. En revanche, il y a un citoyen qui sommeille en chaque enfant. Et ces citoyens peuvent avoir une vision commune, qui devra être précisée et relayée par des professionnels – architectes, ingénieurs, paysagistes, politiques… C’est cela que nous voulons faire passer.

www.ville-en-tete.ch

Créé: 19.10.2015, 10h01

Articles en relation

Les Lausannois sont consultés sur l’écoquartier

Métamorphose La population est appelée à prendre position sur le Plan directeur localisé qui décrit une nouvelle ville au nord de Lausanne. Plus...

Premier contact physique avec les Plaines-du-Loup

La présentation du futur écoquartier a attiré près de 800 «investisseurs et futurs habitants». Publié le 19.06.2011 Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.