La Grappe d’Or se déguste avec délectation, raisin après raisin

Le coup de fourchetteLa mythique adresse lausannoise vit une nouvelle aventure, et elle semble fort bien partie.

Théotime Bioret, le chef passionné et Laurent Bigler, un gérant qui ne l’est pas moins, dans leur décor chaleureux.

Théotime Bioret, le chef passionné et Laurent Bigler, un gérant qui ne l’est pas moins, dans leur décor chaleureux. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En reprenant la prestigieuse adresse lausannoise, Laurent Bigler et ses associés – déjà à la tête de plusieurs établissements dans la capitale vaudoise – savaient que le chemin serait parsemé d’embûches, surtout administratives, mais qu’il en valait la peine. En poussant la porte de la bâtisse historique, on est frappés par le cadre chaleureux, le feu dans la cheminée, les pierres apparentes et les objets chinés – surtout les éclairages – pour amener une nouvelle touche à la salle à manger. En ces soirées glaciales, l’ambiance cosy soulignée par les sièges en velours et la relative intimité, 16 tables et un bar avec des choses à grignoter, est bienvenue.

Une chaleur qui se déclinera d’ailleurs tout au long du repas, que ce soit dans l’assiette ou au niveau du service. Sous sa toque, Théotime Bioret, ancien du Cinq, a concocté une carte d’inspiration transalpine, en faisant la part belle à l’art du rôtissage des viandes. Ici, on ne croque pas un morceau vite fait avant d’aller au spectacle; on déguste avec ravissement en prenant son temps.

En entrée, sept antipasti, mais aussi cinq propositions de pâtes ou risotto servis en petites portions, comme on le fait en Italie. Les raviolotti à la polenta et au Montasio avec leur sauce de chair à saucisse grillée et compotée de tomates fraîches (14 fr.) font exploser les saveurs en bouche. Le risotto au radicchio avec ses pignons de pin et taleggio (18 fr.) fond en bouche avec juste ce qu’il faut d’amertume.

Grand écart ensuite entre le demi-poulet (quelle tendresse!) avec sa sauce au cognac et pointe de piment d’Espelette (34 fr.) et le turbot, rôti lui aussi, accompagné de pesto rouge, de calamaretti à l’origan et de plein de petits légumes arrangés en véritable tableau (46 fr.). Tous les deux superbes.

Impossible enfin de choisir entre l’assiette de fromages avec au moins six variétés différentes (12 fr.) et le plateau de desserts (18 fr.) avec six spécialités sucrées. Côté boissons, l’ivresse est atteinte déjà au moment de faire son choix tant la carte est grande. On nous a conseillé un Barolo Perno 2009 (62 fr.), parfait.

(24 heures)

Créé: 23.02.2018, 11h53

L'adresse

La Grappe d’Or
Rue Cheneau-de-Bourg 3,
1003 Lausanne.
021 311 39 70.
Fermé dimanche et lundi.
Page Facebook

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...