La guerre des chiffres de la campagne vaudoise

Conseil d’EtatLa transparence semble devenir une priorité des partis. Mais rien ne dit qu’ils ne se livrent pas à un exercice fort approximatif.

Jessica Jaccoud, présidente du PSV, et Kevin Crausaz, secrétaire général de l'UDC Vaud (photomontage).

Jessica Jaccoud, présidente du PSV, et Kevin Crausaz, secrétaire général de l'UDC Vaud (photomontage). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’idée est simple. Contacter les cinq candidats à l’élection complémentaire et leur poser à tous les mêmes questions. Elles se résument ainsi: combien avez-vous pour votre campagne et qui paie?

Les réponses, elles, sont moins univoques. Et les chiffres fournis ne sont pas toujours aisés à interpréter. Mais surtout, la multiplication des déclarations des partis oblige à le rappeler: il n’y a pas de règle en matière de financement des campagnes. Et encore moins d’obligation de transparence. L’opacité helvétique, à tous les étages institutionnels, a le cuir dur.

Certes, la gauche appelle régulièrement à davantage de transparence. Tente même de l’inscrire dans la loi. Sans succès jusqu’à présent. Alors cette même gauche se rabat souvent sur des statuts, des limites chiffrées et une communication active sur le sujet. Mais l’affaire du financement de la campagne Savary-Recordon pour le Conseil des États montre que cela ne prémunit pas les candidats de certains écarts.

Ce sont les partis challengers qui sont les plus prompts à répondre. La popiste Anaïs Timofte et Jean-Michel Dolivo d’Ensemble à Gauche tentent d’être élus avec respectivement 24'000 et 28'020 francs en poche. Et ce ne sont que les membres, les sympathisants et leurs cotisations qui constituent la manne financière de leur campagne.

Axel Marion, candidat centriste du PDC, décidait en début de semaine de communiquer spontanément sur ses comptes de campagne. Il présente un tout petit budget: 14'050 francs. Près d’un tiers vient d’un don unique, celui de Thierry de Preux, ancien président du PDC Vaud. Le candidat lausannois compte aussi sur un financement participatif pour un peu plus de 4000 francs. Objectif atteint puisque 4400 francs ont été récoltés vendredi. Son budget est donc passé, depuis mardi dernier, à 14'400 francs. Les réponses mettent davantage de temps à arriver des deux poids lourds et favoris de cette campagne. Pascal Dessauges (UDC) et Rebecca Ruiz (PS) dont les secrétaires et autres présidents ont besoin de temps pour détailler les budgets, bien plus conséquents que ceux de leurs adversaires. Au total: 80'000 francs pour le premier, 240'000 pour la seconde.

Des chiffres articulés depuis quelque temps et qui ont inspiré un article à la «Neue Zürcher Zeitung» (NZZ) avec pour titre: «Quand le PS a trois fois plus que l’UDC». Le PLR ne s’est d’ailleurs pas gêné de faire circuler l’article sur les réseaux sociaux. Notamment en réponse au socialiste Jean Christophe Schwaab, qui avait lui mis en avant un graphique du budget pub de l’UDC au niveau suisse 3,5 fois supérieur à celui du PS.

Riche en Suisse, pauvre ici?

Mais alors: l’UDC, qui gagne sur le plan national avec des moyens maous, n’aurait-elle pas envie de gagner ici? Ou alors le parti mentirait sur ses moyens réels pour cette complémentaire? Le président du Parti socialiste suisse, Christian Levrat, en se basant sur les chiffres de la pub au niveau national, ne tranche pas: «Disons que c’est l’un ou l’autre, et que dans les deux cas, ça disqualifie leur candidat.» La présidente de la section cantonale, Jessica Jaccoud, prévient: «Nous serons attentifs lors de la campagne aux moyens déployés par l’UDC, le PLR et d’autres acteurs en faveur du candidat UDC et vérifierons si les actions correspondent à la réalité budgétaire annoncée.»

Le secrétaire général de l’UDC Vaud, Kevin Crausaz, conseille au PS de «rester zen. Je leur dirais que ce n’est pas en affirmant de telles absurdités qu’ils gagneront cette élection. Je leur ferais également remarquer qu’avec autant d’argent, ils ne renvoient plus l’image qu’ils prônent et que l’on n’achète pas la voix des gens. Si nous n’étions pas convaincus d’avoir de réelles chances, nous ne nous serions tout simplement pas lancés dans cette campagne, et s’ils en étaient eux aussi convaincus, ils seraient bien moins inquiets qu’ils ne le laissent entrevoir aujourd’hui.» Et il n’est ici même pas encore question de dossiers politiques…

Ajoutons que l’UDC comme le PS bénéficient d’un parti allié officiel. Le PLR et les Verts financent-ils des morceaux de campagne? Après tout, Rebecca Ruiz a la charge de maintenir la majorité de gauche et Pascal Dessauges doit permettre à la droite de la leur ravir. Non, répond le PS: les Verts offriront du militantisme mais pas d’argent. À droite, en revanche, le PLR met la main au porte-monnaie, pour un montant qui n’est «pas encore chiffré». Son président, Marc-Olivier Buffat, affirme qu’il «y aura une participation directe avec des supports visuels, certaines publicités et l’organisation de stands. Certaines choses restent ouvertes. La dépense totale sera de quelques milliers de francs, peut-être 10'000 francs, mais il n’y a pas eu de somme fixe mise au budget dès le départ.» L’UDC affirme de son côté que cette aide est comprise dans son budget (80'000 francs). Et qu’il peut évoluer, surtout s’il devait y avoir un deuxième tour.

Créé: 01.02.2019, 19h31

Budget et dons d'entreprises

PS: 240'000 francs.

Pour le premier tour. Pas de dons d’entreprises. «Le budget évoqué constitue une autorisation de dépenser et non une obligation de dépenser. Une fois la campagne terminée, nous publierons les comptes détaillés de la campagne, par postes», dit la présidente, Jessica Jaccoud. Les dons supérieurs à 5000 francs seront annoncés.

UDC: 80'000 francs.

«Il a été décidé de les investir entièrement dans le premier tour.» Accepte les dons d’entreprises.

Ensemble à Gauche: 28'020 francs.

Pour le premier tour. N’accepte pas les dons d’entreprises.

POP: 24'000 francs. N’accepte pas les dons d’entreprises.

PDC: 14'400 francs.

Pour le premier tour. Peut évoluer, en raison du financement participatif. Accepte les dons d’entreprises.

Articles en relation

Les soutiens financiers de Rebecca Ruiz seront triés

Conseil d'Etat En lançant la campagne de sa candidate, le PS se dote de principes stricts en matière de dons. Plus...

Le PDC a 14'000 fr. pour sa campagne

Vaud Le candidat PDC au Conseil d'État vaudois, Axel Marion, critique le budget du Parti socialiste, mardi. Plus...

Le PLR offre un soutien massif à l'UDC Dessauges

Politique Avec des critiques, le congrès du Parti libéral-radical donne son soutien au candidat UDC à la succession de Pierre-Yves Maillard. Plus...

Ensemble à Gauche veut dépersonnifier l’élection

Politique Plutôt que son candidat au Conseil d’État Jean-Michel Dolivo, la gauche radicale met en avant ses idées et le collectif qui les soutiennent. Plus...

«Il y a toujours des profils consensuels en politique»

Vaud Mère célibataire de 27 ans, la candidate du POP veut incarner la «gauche combative et populaire» Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.