Passer au contenu principal

Guillaume Raineix quitte l’Eligo pour le Saint-Pierre

Le chef lausannois lâche son étoile Michelin pour des raisons familiales.

Chuillaume Raineix dans le décor élégant de l'Eligo, qu'il va quitter.
Chuillaume Raineix dans le décor élégant de l'Eligo, qu'il va quitter.
THEO HERITIER

La vie de cuisinier gastronomique n’est pas évidente à gérer du point de vue familial, des horaires de fous, un engagement de tous les instants. Guillaume Raineix, le talentueux cuisinier de l’Eligo, au Rôtillon, à Lausanne, le sait d’autant plus qu’il a perdu son épouse il y a deux ans. S’occuper de sa fille de 12 ans dans ces conditions était diffile. Il a donc décidé de quitter son associé Gabriele Bizzichi avec qui il avait lancé son élégant restaurant en 2015. Avec une étoile Michelin et 15/20 au Gault&Millau, l’ancien représentant d’Anne-Sophie Pic au Beau-Rivage a montré ce qu’il savait faire, une cuisine moderne, goûteuse et délicate dans un décor très urbain à la cuisine ouverte.

Guillaume Raineix va grimper de quelques mètres pour devenir dans quelques semaines le chef de cuisine du Saint-Pierre où l’a invité François Grognuz: «On était capable de lui offrir le cadre de travail qu’il désirait avec des horaires en continu.» Concrètement, Raineix ne va pas faire de la cuisine étoilée au Saint-Pierre mais bien une bistronomie simple, très bien faite, particulièrement pour les plats du jour du midi, il supervisera les tapas du soir ou du brunch du week-end où il ne sera pas présent. «J’aurais plus de temps pour ma fille, c’est vraiment chouette», explique-t-il.

A l’Eligo, Gabriele Bizzichi a choisi un jeune Italien pour tenir la barraque dès le 10 septembre. Enrico Ferrari a 26 ans, a été élève de l’école de Gualtiero Marchesi, a travaillé dans un deux-étoiles avant de tenir son propre restaurant à Milan. Il arrive avec son second et l’ambition de poursuivre l’esprit du lieu, avec une carte méditerranéenne et des influences locales, le tout dans un esprit de bistronomie. Forcément, le lieu prendra un accent italien plus prononcé, entre pâtes et risotto, mais aussi avec des créations surprenantes, promet-on.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.