Passer au contenu principal

Les hélices d'Eoljorat gagnent une manche

Les opposants au projet éolien lausannois perdent devant le Tribunal cantonal. Leurs arguments sur la baisse de productivité du projet et sur le bruit n'ont pas convaincu les juges.

Les opposants aux éoliennes lausannoises regrettent que leurs arguments soient balayés et renvoyés à la mise à l'enquête, quand le modèle définitif des éoliennes seront connues. Un recours est à l'étude. La Ville de Lausanne, elle, salue le verdict.
Les opposants aux éoliennes lausannoises regrettent que leurs arguments soient balayés et renvoyés à la mise à l'enquête, quand le modèle définitif des éoliennes seront connues. Un recours est à l'étude. La Ville de Lausanne, elle, salue le verdict.
profil paysage sarl / Eoljorat Sud

L’arrêt rendu lundi par la Cour de droit administratif et public est sans doute l’un des plus aboutis en matière d’éoliennes à ce jour. Sur une cinquantaine de pages, les juges ont examiné chaque pan du projet Eoljorat Sud avant de conclure au rejet des oppositions. Deux des arguments phares des sceptiques du projet, l’association Eolresponsable et la Commune de Cugy, ont été démontés par la Cour. Elle estime que la production attendue du parc – de l’aveu de ses promoteurs finalement de 30% moindre que prévu, en raison des erreurs de calcul – ne remettait pas en question sa pertinence au regard de la priorité nationale qu’est la transition énergétique. De même, le résultat des mesures de bruit, âprement discutées durant la procédure et l’analyse du dossier, n’est pas de nature à remettre en cause le projet à ce stade: les dépassements possibles des immissions de bruit durant la nuit, autour de Sainte-Catherine notamment, devront être abordés durant la phase de mise à l’enquête du projet.

Les opposants ravalent leur salive. «La partie n’est pas encore gagnée, réagit Christian Amacker, vice-président d’Eolresponsable. On regrette que les détails soient rejetés à la mise à l’enquête seulement. C’est une façon légère de repousser les questions.» Un recours à ce stade ou une opposition à la mise à l’enquête sont à l’étude, précise l’association, qui regrette une application sans borne de la Stratégie énergétique 2050.

Thierry Amy, syndic de Cugy, déplore «un jugement partial probablement influencé par de fortes pressions politiques». Il éprouve un sentiment d’impuissance: «On a l’impression d’être entre le marteau et l’enclume, sans pouvoir dire un mot.» Côté lausannois, le municipal Jean-Yves Pidoux se réjouit du verdict. «Il salue la solidité de notre dossier et le sérieux des analyses: on ne nous demande aucune étude complémentaire, ce qui clôt l’étape cantonale. C’est bon signe.» L’édile se montre toutefois prudent sur tout calendrier pour la suite et sur les projections de production.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.