L’hippisme s’offre une vitrine avec vue à Bellerive

LausanneLe concours de saut organisé jusqu’au 23 juin transfigure le bord du lac. Zoom sur un village qui accueille 252 chevaux.

La piste principale est bordée par le lac sur deux côtés et libre d’accès par le quai du Vent-Blanc.

La piste principale est bordée par le lac sur deux côtés et libre d’accès par le quai du Vent-Blanc. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les sabots dans l’eau, ou presque. C’est ce qui frappe à la découverte du site des Longines Masters de Lausanne, nouveau concours hippique organisé jusqu’à dimanche à Bellerive. En six jours, le groupe d’événementiel équestre EEM a transformé les lieux en un village dédié au saut d’obstacles et accessible gratuitement. Avec, en point d’orgue, une piste de sable de 40×80 mètres, bordée par le lac, où les 252 chevaux en compétition affrontent les obstacles. Le quai du Vent-Blanc n’étant pas entravé par l’infrastructure, il est possible de suivre les compétitions librement, en bord de piste. Seul l’accès à la tribune principale de 720 places est payant.

Une première en extérieur

«Nous sommes normalement des spécialistes de l’indoor, nous animons nos concours avec des lumières et du son, explique Anouk Blain-Mailhot, responsable sponsoring et marketing des Longines Masters Series pour EEM. Ici, il fallait tout repenser pour mettre en scène notre sport, et le fait d’avoir choisi le lac pour décor est une vraie réussite. Même la Ville de Lausanne, avec qui nous avons parfaitement collaboré, était étonnée de cette ambitieuse piste.»

Avec un budget de plus de 3 millions de francs, les organisateurs ont fait les choses proprement. En chiffres? «250 ballots de foin, 1500 sacs de copeaux, 40 camions pour la production et 80 autres pour les chevaux, 4 kilomètres de câbles et 380 personnes qui gagnent de l’argent grâce à cette infrastructure», lance en vrac Pierre Pagès, directeur Live Event d’EEM.

Autour de la piste principale, il y a donc une vie. Un paddock d’abord, où les chevaux s’entraînent à quelques centimètres des spectateurs. «Nous avons opté pour une zone visible de tous et bordée de boutiques, alors qu’habituellement elle est cachée. Le but est d’ouvrir la discipline, de permettre aux gens de voir comment on pratique, comment les cavaliers se préparent», souligne Anouk Blain-Mailhot.

«Même sans être expert, il est possible de venir regarder les compétitions et de passer un excellent moment»

Au final, seuls les box des chevaux ne sont pas accessibles au public. Ils accueillent les stars de la compétition et toute une armée pour s’en occuper, des grooms aux vétérinaires en passant par un dentiste équin, un physiothérapeute et un maréchal-ferrant.

«Ce village est une invitation lancée aux Lausannois. L’hippisme est souvent dans l’ombre ou considéré comme un sport de niche, et nous voulons changer ça, poursuit Anouk Blain-Mailhot. Même sans être expert, il est possible de venir regarder les compétitions et de passer un excellent moment.» Un vaste espace avec bar et foodtrucks est aménagé au centre du site et animé toute la journée, via des jeux et des promenades à poney pour les enfants ou encore des soirées avec spectacle et DJ. Finalement, une immense aire réservée aux sponsors et VIP sépare la grande piste de l’espace restauration.

Créé: 20.06.2019, 19h10

Articles en relation

«Nous arrivons à Ouchy pour faire du bien à Lausanne»

Événement L'organisateur du nouveau concours hippique veut rassurer après le fiasco financier de l'ancien Horse Show. Plus...

Nouveau concours à Ouchy malgré les dettes du Horse Show

Lausanne L’hippisme revient à Ouchy alors que des commerçants ont perdu des milliers de francs, en 2017, avec la précédente manifestation. Plus...

Les chiffres rouges ont eu raison du CSI de Lausanne

Hippisme Les organisateurs du Horse-Show de Lausanne renoncent à l’édition 2018. Tout espoir n’est pas perdu pour 2019. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...