L’Hôtel du Rivage de Lutry dégommé sur TF1

TélévisionLe trois-étoiles du bord du Léman participe cette semaine à l’émission quotidienne «Bienvenue à l’Hôtel». Et les notes sont sévères.

Wendy et Marie-Laure, respectivement assistante de direction et comptable de l'Hôtel du Rivage à Lutry.

Wendy et Marie-Laure, respectivement assistante de direction et comptable de l'Hôtel du Rivage à Lutry.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est une émission quotidienne diffusée en fin de journée sur TF1, suivie en moyenne par plus de deux millions de téléspectateurs friands de ce qui s’apparente souvent à un jeu de massacre. Dans «Bienvenue à l’Hôtel», quatre couples de passionnés prennent la route pour aller tester et juger les établissements de leurs confrères très critiques, à tour de rôle. Mardi, ils faisaient halte à l’Hôtel du Rivage à Lutry, un magnifique trois étoiles propriétés de la Commune situé sur les quais. Verdict? «Nous nous sommes inscrits pour faire de la publicité à la région, mais au final, c’est plutôt rude», réagit-on à la réception au lendemain de la diffusion.

Il faut dire que les hôteliers français qui ont débarqué à Lutry en juin dernier n’ont pas été tendres avec Wendy, l’assistante de direction, et Marie-Laure, la comptable et responsable des ressources humaines. La première n’est d’ailleurs plus en poste aujourd’hui... Les hôtes avaient pourtant été bluffés en arrivant au Rivage, l'estimant «de toute beauté». Les chambres proposées coûtaient de 116 euros à 190 euros, mais elles n’ont pas séduit les concurrents: tapisserie à rayures qui «stresse», meubles «abîmés, usés et fatigués par des coups de valise», chaises trouées, poussière, traces de bouteilles sur les tables… Au moment des notes, elles ont tout juste atteint la moyenne: 5 sur 10.

Notes assassines
Le reste de l’hôtel n’a guère fait mieux, un couple d’hôteliers de l’Aisne suggérant même, «au vu de la teneur de l’établissement», d’engager davantage d’employés que les 25 déjà sur le pont. Et les choses ne se sont pas arrangées au moment de passer à table, certes sur une terrasse constituant «le point fort» de l’hôtel, à l’unanimité. Le menu à 46 euros en a fait grincer plus d’un, mais ce n’était rien par rapport au petit-déjeuner «banal et cher» proposé à 18 euros 50. Ce critère-là était finalement sanctionné d’un 5,3 sur 10. Le cadre et la situation, pourtant objectivement idylliques, ont obtenu un 6 sur 10. L’accueil et la prestation même pas la moyenne: 4,7 sur 10. On ne saura que vendredi le prix réellement payé pour les chambres, dans l’une desquelles Wendy s’enorgueillait d’avoir accueilli Lynda Lemay…

«C’est un jeu et on le voit bien, tous les coups sont permis pour gagner. Les hôtes ont su mettre le doigt là où ça faisait mal. Pour ce qui est de la propreté, remise en doute, nous sommes à l’aise avec ça: nous avons d’excellentes notes sur tous les sites d’hébergement», précise-t-on au Rivage. Depuis la diffusion de l’émission, la réception croulerait même sous les appels et les courriels de soutien. (24 heures)

Créé: 13.09.2017, 13h01

Articles en relation

Le directeur du Rivage raconte Lutry en photo

Photographie Pour séduire les clients Blaise Baetscher nourrit les réseaux sociaux de clichés personnels. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...