Des idées simples centrées sur le patient

SantéAu salon Planète Santé, organisé de week-end à l’EPFL, un prix récompense des projets qui améliorent la qualité de vie des malades.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Maman, tu es heureuse ou pas? Je ne vois pas ton visage!» Sortie de la bouche d’un jeune patient atteint du cancer, cette phrase a marqué l’esprit de Diane Baatard. Conteuse auprès de l’unité d’onco-hématologie pédiatrique des Hôpitaux universitaires de Genève, elle en a tiré une bataille: introduire des masques d’hôpital transparents pour que les petits malades puissent voir des sourires et plus seulement des regards inconnus. Son idée pourrait bientôt se concrétiser, avec le coup de pouce d’un prix décerné dans le cadre du Salon Planète Santé, organisé cette fin de semaine à l’EPFL.

Inauguré cette année, le Challenge Debiopharm-Inartis vise à encourager des projets qui contribuent à améliorer la qualité de vie des malades. Au cours d’une cérémonie organisée hier, c’est une enveloppe totale de 50 000 francs qui a été répartie entre divers lauréats sélectionnés par un jury. Le premier prix, doté de 25 000 francs est revenu à l’idée de Diane Baatard, ex æquo avec un autre projet. Dans un autre registre, celui-ci consiste en un écran allongé et incurvé qui se place au-dessus du lit des patients. Nommé 5e Mur, il crée une sorte de cocon connecté autour des personnes alitées, ce qui leur permet entre autres de communiquer avec leur entourage par Skype ou via les réseaux sociaux. «Nous avions l’idée d’une structure organique qui puisse recréer à la fois un sentiment d’intimité et une connexion avec l’extérieur», explique Alban Thomas, du collectif CHAT & SA, à l’origine du projet.

Récompenser des idées qui créent du lien

«On ne doit plus se contenter de soigner les maladies. Il faut aussi soigner les malades tout au long de leur parcours», estime Thierry Mauvernay, coprésident et administrateur-délégué du groupe pharmaceutique suisse Debiopharm, qui a initié ce prix en partenariat avec la Fondation Inartis, basée à Renens. «Je suis frappé de voir que dans le domaine de la qualité de vie des patients, il est possible de faire beaucoup de choses avec assez peu d’argent, ajoute-t-il. Le Challenge ne récompense pas forcément des projets complexes ou scientifiques, mais des idées, par exemple, qui créent du lien autour du patient et l’accompagnent.»

Derrière les concepts simples se cache toutefois un développement qui peut s’avérer très technique. Sous le nom de Hello Mask, c’est ainsi une véritable équipe de spécialistes, issue de l’EPFL et de l’Institut suisse des matériaux à Saint-Gall (EMPA), qui travaille sur l’idée de Diane Baatard. Son premier défi est de trouver un matériau qui ait à la fois des propriétés de filtration et de transparence, mais pas seulement. «On ne peut pas utiliser n’importe quel matériel quand on travaille avec des patients qui n’ont plus de défenses immunitaires», souligne Diane Baatard.

Comme le 5e Mur, Hello Mask sera encore en phase de développement pour quelques mois. Le Challenge Debiopharm-Inartis devrait permettre de les faire connaître de potentiels investisseurs, une fois les prototypes parfaitement aboutis.

Créé: 25.11.2016, 21h46

Articles en relation

Planète Santé a la fièvre, à la veille de son ouverture

Reportage La 2e édition du grand raout jeudi à l’EPFL. Visite sur les stands en plein montage. Plus...

[Vidéo] Visite d'un cerveau géant à l'EPFL

Lausanne Quels mécanismes régissent les migraines? Comment contrer Parkinson? Y a-t-il de l'espoir pour les victimes de burn-out? Réponses en balade dans une des attractions phares du salon Planète Santé. Plus...

L’audace de parler de la santé autrement

Portrait Prêtre, médecin, journaliste, entrepreneur, Bertrand Kiefer est le «couteau suisse» du Salon Planète Santé, rendez-vous qui débat et vulgarise des enjeux toujours plus vertigineux. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.