Le Jardin aux 1000 mains appelle à l’aide

LausannePris d’assaut, le jardin en permaculture de Rovéréaz manque de ressources. Une campagne de soutien démarre pour récolter des fonds et des forces vives.

Les activités du jardin pédagogique font le plein depuis 2016. Si bien que le projet doit être consolidé.

Les activités du jardin pédagogique font le plein depuis 2016. Si bien que le projet doit être consolidé. Image: Marius Affolter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Jardin aux 1000 mains est «victime de son succès». Cet espace de permaculture pédagogique implanté sur le domaine de Rovéréaz «lance un SOS à la population» sous la forme d’une campagne citoyenne visant à trouver des fonds et de la main-d’œuvre. Cette dernière démarre ce mercredi à 9 h à la Palud, à Lausanne. Des événements sont ensuite prévus jusqu’au 30 mars.

Pris d’assaut dès son lancement en 2016, le jardin arrive à un moment charnière. «Nous avons porté le projet à bout de bras. Il y a eu des milliers d’heures de bénévolat et nous nous essoufflons, explique Élise Magnenat, coordinatrice pour l’Association Rovéréaz, en charge du jardin. Nous avons besoin de professionnels, pour l’administratif, la communication ou pour encadrer le public. L’idéal serait d’avoir trois postes à temps plein, ce qui n’est pas énorme par rapport au nombre de personnes accueillies.» La première année, plus de 1000 jardiniers en herbe ont mis les mains dans la terre lors de sorties de classes, de séminaires ou encore des chantiers participatifs du lundi.

«La Ville est bienveillante»

En difficulté financière, l’association propose à la population de parrainer (via son site web) un élément du jardin, dès 50 francs par an. Elle espère récolter 20 000 francs mais cherche aussi des forces vives. «La démarche a toujours été participative et le restera. Le jardin est ouvert à tous, pour travailler mais aussi pour s’impliquer dans l’association et participer aux décisions stratégiques», souligne Flore Zurbriggen, chargée de communication.

Propriétaire du domaine de Rovéréaz qui accueille le Jardin aux 1000 mains (ainsi que deux autres structures: la ferme biologique de Gilles Berger et la Coopérative L’Autre temps axée sur l’insertion professionnelle), la Ville de Lausanne suit le dossier avec attention. «Au début du projet, l’idée était de mettre à disposition le site et de laisser les exploitants des trois entités (agricole, réinsertion et jardin) investir financièrement pour le développer, rappelle Étienne Balestra, chef du Service des parcs et domaines. La Ville accompagne mais ne doit pas être associée financièrement à chaque étape. Or, c’est une position difficile car les exploitants ont besoin de garanties pour décrocher des financements. La Commune a donc compris qu’elle devait aussi soutenir le développement du projet.»

«Le jardin est ouvert à tous, pour travailler mais aussi pour s’impliquer dans l’association et participer aux décisions stratégiques»

Depuis toujours, la Ville achète des prestations à l’association. 72 journées par an sont consacrées à l’accueil des crèches, auxquelles il faut ajouter 15 journées de vacances pour les 6-12 ans. Face aux difficultés, un soutien financier unique vient aussi d’être octroyé. À en croire le collectif, il couvrirait environ 25% des besoins. «La Ville croit au projet, elle n’a pas laissé mourir le Jardin aux 1000 mains. Désormais nous avons un défi à relever et nous sommes très optimistes sur le soutien que nous apportera la population», indique Élise Magnenat. À noter que d’autres demandes de subventions restent pendantes, auprès de fondations notamment.

Viser l’autonomie

«Ce jardin est une vitrine exceptionnelle, l’une des grandes réussites du programme d’agriculture urbaine. La Ville sera toujours attentive aux besoins mais ne veut pas instaurer un système où elle est seule à soutenir les activités, affirme Étienne Balestra. La structure doit viser l’autonomie, il faut trouver un équilibre entre ambitions et moyens en menant une vraie réflexion entrepreneuriale.»

C’est aussi à cette réflexion stratégique qu’est convié le public durant cette campagne de soutien. Celle-ci s’achèvera le samedi 30 mars lors d’une grande fête sur le site de Rovéréaz. Un bilan sera ensuite dressé et communiqué au mois de juin.


Parrainage et programme: www.1000mains.ch

Créé: 12.02.2019, 17h40

Articles en relation

Rovéréaz, une vraie ferme où pousse du rêve

Lausanne Le domaine agro-écologique du nord de la ville a enfin trouvé son mode de fonctionnement. Place à l’action. Plus...

Repensée, Rovéréaz sort doucement de terre

Agriculture Avec l’aide de la population, le collectif chargé de la ferme sème les graines de son ambitieux projet. Plus...

La ferme de Rovéréaz veut «cultiver les gens» et le bio

Agroécologie Un collectif a été choisi par la Municipalité de Lausanne pour exploiter ce domaine agricole. Plus...

Choc des perspectives sur Rovéréaz

Lausanne Trois bâtiments au sud de cette campagne divisent les élus. Mais peu de chances que la ville puisse et souhaite s’y opposer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.