Passer au contenu principal

Le Jardin aux 1000 mains n'est pas tiré d'affaire

L'espace de permaculture pédagogique situé à Rovéréaz relance un appel aux soutiens.

L'an dernier, la campagne citoyenne avait permis de récolter 30 000 francs.
L'an dernier, la campagne citoyenne avait permis de récolter 30 000 francs.
Marius Affolter

Le Jardin aux 1000 mains ne s’en sort pas encore. Comme ils l’avaient fait l’an dernier, les responsables de cet espace de permaculture pédagogique situé sur le domaine de Rovéréaz, à Lausanne, lancent une «campagne citoyenne» de financement. Les personnes souhaitant soutenir l’association sont de nouveau invitées à parrainer une activité (formation, visites, apéros…) ou un élément du jardin (arbre fruitier, mètre carré de sol…). Alors que l’initiative avait permis de récolter près de 30'000 francs en 2019, 25'000 francs sont espérés cette année.

«Nous sommes dans une situation plus confortable que l’année passée car nous avons déjà des certitudes sur plusieurs montants mais nous n’arrivons pas à boucler notre année sans l’apport des citoyens. Les activités du Jardin restent menacées par ce manque de finances», explique la chargée de communication Flore Zurbriggen.

«Un peu sous le choc»

D'autant qu’une mauvaise nouvelle vient de tomber. Le Direction de l'enfance, de la jeunesse et des quartiers de la Ville n’a pas confirmé le renouvellement des accueils pédagogiques au Jardin aux 1000 Mains pour l’année scolaire 2020-2021. «La raison est l’augmentation des tarifs demandés par le Jardin par rapport au prix que nous avions approuvé en juin 2019», justifie le municipal David Payot. «Nous sommes un peu sous le choc car ça représentait 70 journées d’accueil et que la qualité de nos prestations n’est pas remise en cause, annonce Élise Magnenat, fondatrice du Jardin. Mais ça donne encore plus de sens à cette nouvelle campagne citoyenne.»

David Payot ajoute toutefois : «Nous allons consulter les directions des centres de vie enfantine afin de nous déterminer sur l’offre faite par le Jardin aux 1000 mains. Nous devrons déterminer la manière de proposer une sensibilisation à l’environnement qui soit adaptée aux besoins des crèches et qui soit cohérente avec les activités pédagogiques que nous proposons aux enfants sur d’autres thématiques.»

À ce stade, le Jardin table sur des ventes de prestations pour un montant de 110'000 francs (dont 85'000 de la Ville) et des subventions à hauteur de 140'000 francs (dont 20'000 de la Ville). Ça reste donc insuffisant pour coller à la version basse du budget, estimée à 300'000 francs. À noter que l’association cherche toujours de nouveaux soutiens de fondations privées et de mécènes.

Lancée en 2016, la structure ne désemplit pas. «Au début, beaucoup de gens venaient de loin, nous avons d’ailleurs servi d'inspiration pour au moins une dizaine de projets, raconte Élise Magnenat. Désormais, le public vient davantage de la région, ce qui prouve que nous répondons toujours à une demande.»

À noter qu’une série d'événements est prévue durant la campagne de financement, qui doit s’achever le 28 mars avec la reprise des chantiers participatifs.

Infos sur www.1000mains.ch

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.