Les jardins de Lausanne et Annecy fleuriront ensemble

EnvironnementLes deux villes lancent Naturopolis, projet transfrontalier alliant nature urbaine et culture

La municipale lausannoise Natacha Litzistorf et le syndic Grégoire Junod entourent Dominique Puthod, maire adjoint d’Annecy, et Jean-Luc Rigaut, le maire.

La municipale lausannoise Natacha Litzistorf et le syndic Grégoire Junod entourent Dominique Puthod, maire adjoint d’Annecy, et Jean-Luc Rigaut, le maire. Image: JEAN-BERNARD SIEBER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le maire d’Annecy était de passage à Lausanne, mercredi, pour lancer officiellement Naturopolis. Cet ambitieux projet transfrontalier vise à sublimer les paysages naturels en milieu urbain.

Les deux villes veulent proposer ensemble des actions concrètes et favoriser les échanges culturels et touristiques. Naturopolis s’étalera sur quatre ans, de 2018 à 2022, sur environ 26 sites naturels.

Cette collaboration entreprise dans le cadre du programme européen de coopération transfrontalière Interreg prendra forme à l’occasion de deux manifestations cousines: Annecy Paysages et Lausanne Jardins. Au total, il s’agira de proposer 24 projets paysagers «miroirs» dans les deux villes (sur des sites qui se ressemblent), huit projets «jumelés» et quatre projets «échangeables» qui pourront voyager d’un bout à l’autre du Léman. Dix œuvres seront pérennisées. Les différents projets artistiques conjoints seront visibles dès l’édition 2019 de Lausanne Jardins.

«Nous nous sommes retrouvés autour de préoccupations et d’envies communes dans des domaines qui nous sont chers: la culture et la question du paysage. Le projet a émergé en moins d’une année», indique le syndic de Lausanne, Grégoire Junod. Le maire d’Annecy, Jean-Luc Rigaut, acquiesce. Les points communs sont nombreux. «Nos deux villes alpines et lacustres sont de taille à peu près équivalente, bénéficient d’un environnement, d’un écosystème exceptionnels et similaires. Elles accordent de l’importance à la nature en ville, au paysage et à la culture.»

En plus de partager les réflexions sur la valorisation des espaces naturels urbains et de mettre en œuvre des actions paysagères ou artistiques conjointes, Naturopolis vise aussi la création de «jardins comestibles», dès cette année: repas de dégustation pour la population, échanges de chefs en tant qu’ambassadeurs pour un week-end gastronomique, actions de sensibilisation à l’agriculture urbaine, visites pédagogiques… Naturopolis, soutenu financièrement par l’Union européenne, affiche un budget total de 3,8 millions de francs.

Lausanne comme Annecy espèrent des retombées touristiques et économiques ainsi que la création de sites emblématiques favorisant leur rayonnement.

Créé: 13.09.2018, 09h20

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...