Le jet d'eau de Saint-François pourrait prendre racine

Lausanne JardinsL’installation qui a fait jaser figure dans la liste des créations éphémères candidates au sauvetage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Parsemée de créations végétales, Lausanne porte les stigmates du festival Lausanne Jardins, bouclé le 12 octobre. Certains jardins éphémères resteront là pour de bon; c’est la tradition. La municipale Natacha Litzistorf soumettra sa sélection la semaine prochaine à ses collègues de la Municipalité.

Le fameux jet d’eau planté au milieu du carrefour de Saint-François compte parmi les élus. Natacha Litzistorf défend son maintien, mais rien n’est gagné. «Ce symbole fort a créé un débat sur l’espace public – c’était le but – et attiré l’attention sur une problématique des villes du XXIe siècle. On a trop bétonné, trop imperméabilisé le sol. Préservons la pleine terre et l’eau, rendons-les visibles! C’est ce qui va faire qu’on pourra continuer à vivre en ville.» Les inondations de juin 2018 ont démontré que l’absence de terre à même d’absorber l’eau de pluie peut avoir de lourdes conséquences. «D’un point de vue écologique comme urbanistique, remettre les rivières à ciel ouvert a tout son sens», ajoute l’élue Verte.

Avis tranchés

Selon un sondage réalisé par «24 heures», 56% des votants souhaitent maintenir le jet d’eau (sur 1300 votes). Les convaincus le jugent «joli», «rafraîchissant», «décalé», porteur «de joie et de sourires». «C’est une excellente installation qui rappelle le caractère essentiel de l’eau et le fait que la nature se trouve sous le bitume», apprécie un lecteur. «Ce jet pourrait devenir une particularité de Lausanne, qui contribue au charme de la ville.»

Rayon critiques, les notions de gaspillage et de non-sens écologique reviennent sans cesse. «C’est laid et en plus c’est un gâchis écologique.» «Marrant parce qu’éphémère, ridicule si permanent.» «La chaussée est dangereuse, toujours mouillée; il y a un risque de chute pour les piétons.» «Ça salit ma voiture.» «Je préfère plus de fontaines avec de l’eau potable en ville pour s’abreuver plutôt que de voir l’eau finir sur le bitume.»

«Ce n’est pas un gadget mais un symbole fort qui a suscité un débat. C’était le but»

Natacha Litzistorf (Les Verts), Municipale lausannoise

Natacha Litzistorf balaie les accusations de gaspillage en répétant que «l’eau utilisée retourne dans le système d’eau claire et au lac. Et la consommation est moins gourmande qu’une fontaine.» Ses collègues municipaux trancheront. À noter que le démontage du jet coûterait 30'000 francs.

Parmi les autres candidats au sauvetage: la «Renaissance du peuplier», à admirer devant la BCV de Saint-François. «Il représente ce que j’aimerais mener comme politique, à savoir faire sauter le béton pour avoir plus d’espaces verts.» Il faudra décrocher, au préalable, l’accord de la BCV.

Pareil pour les «Kokedamas», ce jardin suspendu dans la cour Galfetti, à Chauderon. «Le propriétaire a montré des signes d’intérêt», indique Natacha Litzistorf, qui milite aussi pour le maintien de «Micro Macro», le labyrinthe végétal au square de Montétan. Les matériaux vont être adaptés pour résister au temps.

Citons encore, dans la liste de la municipale, la table d’orientation et le banc du parc de Valency, le sous-bois de la forêt des Clochettes, les arbres blancs de Bel-Air, les créatures d’argile du front garden de Rumine, le cadran solaire de la taupe au parc Guillemin, le jardin de la promenade Jean-Villard-Gilles, celui de la placette des Terreaux… Le toboggan de Chauderon sera recyclé sur une place de jeu.

Créé: 23.10.2019, 06h56

La floraison de deux lieux délaissés

Nouvelle vie

Deux espaces publics négligés ont bénéficié de la magie de Lausanne Jardins, quatre mois durant: le passage sous-voie ouest de Saint-François et le jardin public situé sur le toit du parking de Bellefontaine.

Les installations ne seront pas pérennisées mais les lieux sont promis à un nouveau destin. Ils seront réaménagés prochainement pour gagner en convivialité, annonce Natacha Litzistorf.

Bellefontaine, tout d’abord. Censé être, à la base, un jardin public accueillant, le lieu s’est mué au fil des ans en désert de béton tristounet. Lausanne Jardins a fleuri les dalles avec succès.

«À la belle saison, c’était sublime», relève Natacha Litzistorf, décidée à faire de ce lieu un «vrai» parc.

Quant au passage souterrain glauque tant haï des Lausannois, son habillement éphémère de motifs stylisant une plante médicinale «donne envie de réfléchir à d’autres types d’aménagements pour le requalifier».

Articles en relation

Le jet d'eau abreuve déjà la polémique

Lausanne Des voix critiquent la future consommation en eau de l'installation de Lausanne Jardins 2019 qui jaillit à Saint-François. Plus...

Un jet à Saint-François, vous êtes rincés?

Lausanne «L’eau et vous» fait déjà parler de lui avant le début de Lausanne Jardins. «Personne ne sera mouillé», assurent les organisateurs. Plus...

«Les espaces se réinventeront toujours»

Jardins Le jardinier-paysagiste français Gilles Clément partagera son amour pour une nature créative, le 27 août à Lausanne Plus...

Au parc Guillemin, les pérégrinations de la taupe sont érigées en monument

L'Esprit des jardins Tout l’été, «24 heures» part à la rencontre des œuvres de Lausanne Jardins et raconte l’histoire des lieux qu’elles ont investis. Plus...

À la placette des Terreaux, une cacophonie plus fertile qu’il n’y paraît

L'Esprit des Jardins Tout l’été, 24 heures part à la rencontre des œuvres de Lausanne Jardins et des lieux qu’elles ont investis. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.