Les jeunes font la loi à l'office de poste de Prilly

FormationLe premier guichet postal romand entièrement géré par des apprentis est vaudois. Il a formé 62 personnes en une décennie.

La Poste a cédé les commandes de l’office de Prilly à des apprentis. Une première suisse qui fête ses 10 ans.

La Poste a cédé les commandes de l’office de Prilly à des apprentis. Une première suisse qui fête ses 10 ans. Image: VANESSA CARDOSO

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quoi de plus banal qu’un guichet de poste dans un centre commercial? On ne le remarque pas au premier regard, mais celui de Prilly a quelque chose de spécial. Depuis dix ans cette année, il est géré entièrement par des apprentis, autrement dit par des jeunes qui ont entre 17 et une vingtaine d’années.

À son ouverture, il s’agissait d’une première pour le géant jaune, qui a créé la même année un deuxième office du même genre en Suisse alémanique, avant d’en ouvrir encore cinq autres dans tout le pays. En une décennie, 62 jeunes ont obtenu leur CFC de gestionnaire de commerce de détail en faisant leurs armes à Prilly.

Chef d’office à 18 ans

Pour rejoindre cette aventure, David Hänni, 18 ans, est venu tout droit de Saint-Imier, dans le Jura bernois. «J’en voulais plus que seulement travailler au guichet», résume le jeune homme, qui accomplit sa troisième année d’apprentissage. C’est qu’à Prilly une équipe de treize apprentis se relaie pour assumer toutes les tâches nécessaires au fonctionnement de l’agence, y compris les postes à responsabilités, une occasion que ne donne pas un apprentissage classique.

Ces jours-ci, c’est Patrick dos Santos Magalhães, 18 ans, qui est aux commandes en tant que chef d’office. À ce poste, il a la charge de gérer l’équipe, mais aussi la caisse principale, où arrivent les espèces qui sont passées par les guichets durant la journée. «Le fait d’assumer des fonctions de cadre permet de voir l’office de poste dans une autre perspective», commente-t-il.

Si les apprentis tiennent les rênes, ce n’est toutefois pas sans supervision. Présente depuis le début de l’aventure, il y a dix ans, Pascale Dubuis est l’une des trois coachs dont la responsabilité est de répondre aux nombreuses questions tout en gardant un œil vigilant sur le travail des jeunes. «Si des clients demandent le responsable, c’est l’apprenti qui va y aller. Mais bien sûr il ne peut pas avoir réponse à tout. C’est là que nous entrons en jeu.»

Ces jours, David Hänni travaille au guichet, mais il a déjà pu coiffer la casquette du patron pendant quelques semaines, une charge qu’il a trouvée plus stimulante qu’écrasante. «On gère entièrement notre équipe, on doit être derrière elle et la coacher. Cela dit, quand il y a un problème, nous devons trouver des solutions, sans pour autant porter toute la responsabilité sur nos épaules.»

Surmonter la méfiance

Schannen Castillo, 18 ans, est encore sur les rangs pour prendre à son tour les rênes. Ce sera d’ici à la fin de l’année. «C’est un challenge de gérer la caisse ou de répondre aux réclamations, mais ça ne me stresse pas. Au contraire, ça m’encourage!» La jeune femme ne cache pas que certains clients se montrent méfiants, mais cela fait presque partie du jeu. «Ils croient parfois qu’un apprenti ne saura pas répondre à leurs demandes. Il faut faire le travail et montrer qu’on en est parfaitement capable. Au final, le client est tout à fait satisfait.»

Vu le poids de l’encadrement, céder les commandes à des apprentis représente un investissement pour l’entreprise, mais la démarche vise plusieurs objectifs. «L’impulsion initiale était de préparer la relève des cadres des offices de poste, explique Pascale Dubuis. C’est aussi un concept qui motive les jeunes, car il leur offre des perspectives supplémentaires.»

De fait, en plus de leur CFC, les apprentis reçoivent un certificat de compétence en gestion d’office postal, qui a été créé tout spécialement. «D’un côté, on en apprend plus du fait des tâches supplémentaires qui nous sont confiées. D’un autre, c’est un papier et une ligne en plus sur notre CV», détaille Brian David, 18 ans, qui occupe ces jours le poste de responsable marketing de l’office.

Depuis leur lancement, les sept offices gérés par des apprentis en Suisse ont formé 300 jeunes au total. L’expérience leur donne des ailes, mais tous ne restent pas à La Poste. «Beaucoup reprennent des études, que ce soit à la Haute École de gestion ou à l’université, commente Pascale Dubuis. Mais parmi ceux qui restent chez nous, plusieurs se mettent rapidement à faire des remplacements en tant que responsables d’office.»


Parole d'apprentis

Brian David, 18 ans

«On apprend davantage, du fait des tâches supplémentaires qui nous sont confiées. Et c’est une ligne en plus sur notre CV.»


Schannen Castillo, 18 ans

«C’est un challenge de gérer la caisse ou de répondre aux réclamations, mais ça ne me stresse pas. Au contraire, ça m’encourage!»


Patrick dos Santos Magalhães, 18 ans

«Le fait d’assumer des fonctions de cadre permet de voir l’office de poste dans une autre perspective»

Créé: 15.10.2018, 07h59

Articles en relation

Les facteurs formés au subtil maniement du tricyle

Le Mont-sur-Lausanne Agiles et endurants, les scooters de distribution nécessitent de l’attention. La Poste le rappelle à ses employés. Plus...

La Poste lâche 205 millions pour regagner la confiance

Affaire CarPostal Le géant jaune dévoile le plan qu’il a négocié avec les collectivités pour solder les tricheries de sa filiale. La facture explose. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.