Des jeunes s'activent pour offrir à Malley son terrain d'aventure

Plusieurs volontaires prennent part aux chantiers participatifs. Au menu: construction et sensibilisation écologique

Hadiya (ici en rouge) et les autres participants ont commencé par construire le plancher et les murs du futur bâtiment principal.

Hadiya (ici en rouge) et les autres participants ont commencé par construire le plancher et les murs du futur bâtiment principal. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est déjà une petite aventure. Sous un soleil de plomb, la jeune délégation s’active sans rechigner dans le bourdonnement des engins de chantiers alentour. Ce jeudi, ils sont treize, âgés de 13 à 17 ans, à transpirer dans la bonne humeur sur le premier chantier participatif du futur Terrain d’aventure de Malley. Comme eux, adolescents et familles sont invités tout l’été à venir mettre la main à la pâte, sur inscription (voir plus bas), pour donner naissance au site, le deuxième de la ville après celui de Pierrefleur.

Cette première semaine de travaux est consacrée à la construction du bâtiment principal. Ainsi, les jeunes travaillent le bois, le découpent, le clouent pour en faire un plancher, des murs ou des éléments de charpente. Bob bleu sur le crâne et maillot de foot sur les épaules, Hamza se frotte pour la première fois aux techniques de la construction. «On voit souvent des corps de métier sur les chantiers, mais on ne sait pas toujours ce qu’ils font. J’avais envie de découvrir ce milieu plutôt que de rester à ne rien faire pendant les vacances», indique le gymnasien, originaire du quartier. Un bon moyen d’œuvrer pour les futurs bénéficiaires tout en emmagasinant des connaissances.

Ecologie et pédagogie

Car, en plus de manier les outils, les jeunes assistent à de petits cours théoriques organisés directement sur le site. Une formation à valeur de sensibilisation, puisque dispensée par le Collectif d’architecture participative et écologique (CArPE). «Le but, c’est qu’ils puissent goûter aux choses de la vraie vie en participant à un chantier concret mais aussi qu’ils acquièrent des savoir-faire qui pourraient leur être utiles plus tard», explique Delphine Corthésy, cheffe de projet au Secrétariat général Enfance, Jeunesse et Quartiers de Lausanne.

Pour recruter les participants, la Ville a également travaillé avec l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM). Ce jour-là, quatre mineurs non accompagnés participent au chantier. «C’est une bonne expérience professionnelle et ça permet de faire des connaissances, apprécie Hadiya, originaire d’Afghanistan. J’avais envie de faire quelque chose de bien pour les autres. Ça permet de se sentir utile, d’avoir confiance en soi et de trouver un peu de chaleur humaine.» Une visée conviviale symbolisée par les repas du midi, pris en commun et cuisinés par des mamans ou par les membres de l’Association du Terrain d’aventure de Malley (ATAM).

Alors que la construction du bâtiment principal occupe les adolescents, d’autres participants, plus jeunes, s’adonnent à une activité artistique qui permettra de décorer la façade.

Avec l’aide de l’artiste Noé Cauderay, ils conçoivent de petits nichoirs en bois, censés représenter leur maison rêvée. «Il en faudra environ deux cents pour recouvrir la façade. C’est comme si toutes les petites bâtisses permettaient de construire la grande», symbolise l’artiste.

Encadrés par les animateurs de la Fondation pour l’animation socioculturelle lausannoise, les participants reçoivent ce jour-là la visite de David Payot, municipal Jeunesse, Enfance et Quartiers. «Ces chantiers sont des lieux d’échange, de rencontre et de loisir, ce qui correspond justement au but de l’animation socioculturelle, souligne-t-il. L’implication de la population est importante parce qu’elle permet aux habitants de s’approprier et de s’attacher au lieu pour ensuite le faire vivre.» L’élu y voit aussi un moyen de «favoriser le partage, notamment avec les mineurs de l’EVAM».

Alors que le bâtiment principal doit être inauguré en septembre, les chantiers se poursuivront tout l’été et verront se côtoyer volontaires, professionnels, enfants, parents ou encore apprentis du Centre de formation des Services industriels de la ville de Lausanne (C-FOR), situé à Malley.

Dates des chantiers et renseignements info@atamlausanne.ch ou 078 700 50 49 (24 heures)

Créé: 11.07.2017, 08h02

Articles en relation

Le terrain d’aventure de Malley est prêt à germer

Lausanne La réalisation du site doit débuter au printemps. La population est invitée à participer au chantier Plus...

Lausanne veut envoyer les enfants jouer dehors

Jeunesse La Municipalité projette la création d’un terrain d’aventure à Malley-Montelly, le deuxième du genre après celui de Pierrefleur. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 21 mars 2019.
(Image: Bénédicte ) Plus...