Passer au contenu principal

«La justice a reconnu le droit à la vie comme étant supérieur aux intérêts financiers»

Pour le Tribunal de police de Lausanne, les dangers liés au réchauffement sont tels qu’ils justifient des actions qui vont contre la loi. Le verdict est historique.

Maître Irène Wettstein entre deux activistes acquittés quelques minutes plus tôt. Derrière elle, une partie de l’équipe de la défense qu’elle a contribué à monter.
Maître Irène Wettstein entre deux activistes acquittés quelques minutes plus tôt. Derrière elle, une partie de l’équipe de la défense qu’elle a contribué à monter.
Keystone

Énorme coup de théâtre ce lundi en fin d’après-midi à Renens: les douze activistes du mouvement Lausanne Action Climat, qui avaient occupé une succursale lausannoise de Credit Suisse pour dénoncer les investissements du géant bancaire dans les énergies fossiles et leur impact sur l’environnement en novembre 2018, ont été acquittés. Le tout sous un tonnerre d’applaudissements et les larmes de nombreux militants présents dans le public, médusés à l’heure d’un dénouement sur lequel aucun observateur n’aurait osé parier. Les jeunes prévenus, des étudiants d’une vingtaine d’années, ont certes été reconnus coupables de violation de domicile et d’infraction du règlement de police. Mais «l’état de nécessité», plaidé par les treize avocats de la défense qui ont défendu les activistes bénévolement, a été retenu par le président, Philippe Colelough.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.