La Landi Gros-de-Vaud rêve de déménagement

AssensLes responsables de la coopérative agricole imaginent regrouper et développer leurs activités sur le site du Garden center Andréfleurs.

Image: Sylvain Muller - a

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Et si Landi Gros-de-Vaud construisait un nouveau bâtiment derrière le Garden center Andréfleurs à Assens pour y rapatrier son administration et son magasin agricole actuellement encore installés à Echallens? Et si à l’ouest de la parcelle, juste au bord de la route cantonale, elle installait une station-service avec shop et, pourquoi pas, une station de lavage? Et si la coopérative agricole et meunière achetait la parcelle bordant son centre collecteur à Echallens pour y installer des silos supplémentaires? Et si elle finançait cette opération par la vente de la parcelle où se trouvent encore son administration et son magasin agricole?

C’est une véritable liste de cadeaux de Noël qu’Olivier Sonderegger a égrainée mercredi devant l’assemblée générale annuelle des coopérateurs. «Ne prenez toutefois pas tout pour argent comptant, a averti le directeur. Ce ne sont que des idées, et nous ne disposons à ce jour d’aucune autorisation, ni de la Commune ni du Canton.»

Les projets esquissés n’en sont pas moins des réponses à des besoins bien réels: coûteux travaux de rénovation ou d’agrandissement à entreprendre sur certains sites et nécessité de rationalisation suite au rachat d’Andréfleurs par la coopérative en 2011.

A propos de ce dernier, les efforts consentis commencent à porter leurs fruits. Sur l’exercice 2015-2016, le Garden center a diminué ses pertes de moitié. Et la reprise se confirme depuis juillet dernier, avec une hausse du chiffre d’affaires de 12%. L’équilibre financier est donc espéré à l’horizon 2018.

Quant aux activités agricoles de Landi Gros-de-Vaud, elles s’adaptent au marché et à la donne politique. Le Moulin d’Echallens va ainsi abandonner la production d’aliments minéralisés pour le bétail et se concentrer sur les aliments simples et les farines panifiables, un domaine en plein développement tant auprès des boulangers que des particuliers. «Nos atouts sont la qualité et la proximité. Il est donc logique d’abandonner les secteurs où nous sommes en concurrence avec de grandes unités», s’est justifié Olivier Sonderegger. (24 heures)

Créé: 14.12.2016, 17h17

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...