La Lausanne d’antan sublimée par l’œil d’Izard

Événement Le photographe a capté la vie quotidienne de la capitale au XXe siècle. L’expo qui lui est consacrée fait un carton depuis dix jours.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il raconte sa ville avec les yeux. Photo après photo, Pierre Izard déroule une pellicule d’instantanés saisis au XXe siècle, en particulier à Lausanne. Le photographe de presse et reporter, décédé en 1998, est célébré jusqu’au 28 octobre au Forum de l’Hôtel de Ville à travers l’exposition «Des décennies de photographies». Plus de 50 images témoignent du quotidien de la capitale vaudoise, des lieux emblématiques aux métiers de l’époque en passant par la vie sur le lac, les grands chantiers, l’aviation ou la vie paysanne.

L’événement est mis sur pied pour souligner les vingt-cinq ans de la Fondation Pierre Izard. Un jubilé également marqué par la sortie d’un livre, nouveau recueil de photos après la parution d’un premier volume en 2007, et par une autre petite exposition à la Bibliothèque Chauderon, centrée sur le meeting d’aviation de juin 1949 à la Blécherette.

Engouement populaire

«A l’Hôtel de Ville, nous avons mis l’accent sur la vie à Lausanne sans pour autant négliger ses reportages à l’étranger, annonce Jean-Pierre Vorlet, président de la fondation. La fréquentation dépasse toutes nos attentes puisque nous avons déjà accueilli plus de 1000 visiteurs en une semaine.» Lausannois de tous âges et curieux de l’étranger s’attardent, tentent de reconnaître les lieux et s’étonnent, par exemple, du travail des chiffonniers sous le pont Chauderon ou d’un avion posé devant la gare. «Souvent, les gens se lancent dans des récits de vie qui viennent enrichir les photos. Ça leur donne une force supplémentaire», s’enthousiasme Jean-Pierre Vorlet.

Centrée sur Lausanne, l’exposition s’évade parfois ailleurs dans le canton. Le photographe documente les vendanges, la construction de grandes infrastructures ou encore les traditions. «Pierre Izard aimait vendre un sujet plutôt qu’une seule photo. Il fournissait de vrais reportages, où les clichés étaient accompagnés d’un texte», rapporte Jean-Pierre Vorlet. A l’Hôtel de Ville, ce sont les membres de la fondation qui se relaient pour agrémenter les photos de quelques anecdotes. (24 heures)

Créé: 18.10.2017, 17h54

Les 25 ans de la Fondation

Exposition au Forum de l'Hôtel de Ville - «Des décennies de photographies»
Jusqu'au 28 octobre

Le livre est disponible sur fondationpierreizard.ch

Exposition à la bibliothèque Chauderon - «Un dimanche pas comme les autres à Blécherette»
Jusqu'au 28 octobre

Articles en relation

1949: Le Nouvel-An des policiers

Les 250 ans de 24heures Les photographies du Lausannois Pierre Izard documentent presque tout le XXe siècle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des dizaines d'automobilistes ont été bloqués dans le Chablais, pendant plusieurs heures pour certains. La situation était également chaotique sur les routes secondaires parsemées de congères.
(Image: Bénédicte) Plus...