À Lausanne, l’Auberge de Beaulieu a le goût de l’expérimentation

Le coup de fourchetteRénovée par la Ville, la nouvelle Auberge joue sur un mobilier vintage et une cuisine multiculturelle qui doit encore se trouver un style.

Alvaro Sanchez et le cuisinier Branimir Gergov, deux des trois associés aux manettes de l’Auberge.

Alvaro Sanchez et le cuisinier Branimir Gergov, deux des trois associés aux manettes de l’Auberge. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était une réouverture très attendue. Depuis le 8 mars, l’Auberge de Beaulieu est de retour avec un tout nouveau décor, une nouvelle équipe et une nouvelle carte. Le café-restaurant multiplie désormais les clins d’œil à sa voisine, la Collection de l’art brut, et parvient à créer une ambiance qui ne manque pas de caractère. Des reproductions de Dubuffet s’affichent sur les murs et une tapisserie aux couleurs chaudes s’accorde avec un mobilier vintage et branché.

Visiblement, l’adresse n’aime pas seulement les mélanges de couleurs, mais aussi les fusions de saveurs et d’inspirations. Au sein du trio d’associés qui tient la maison, c’est un cuisinier d’origine bulgare, Branimir Gergov, qui orchestre la carte, avec un goût marqué pour l’expérimentation. À noter que la Ville de Lausanne, qui a financé la rénovation, avait fixé une règle du jeu très claire: prière de privilégier les produits locaux et de saison. Les accents locaux sont donc bien là, mais s’allient avec des idées venues d’ailleurs, de l’Est et du Sud en particulier.

En entrée, le menu propose ainsi une sélection de mezze, qui permet de découvrir un caviar d’aubergines bulgare plutôt rafraîchissant, le kyopolou, accompagné de délicieux pains plats, chauds et croustillants (13 fr.). Plus terroir, le panais se déguste en croquetas frites avec une très goûteuse sauce au pecorino (14 fr.). Aussi sur la carte de l’apéritif, le houmous de la maison renonce aux pois chiches au profit des lentilles rouges (12 fr.), tandis que la touche classique vient d’une planchette au blochon de la Venoge et jambon cru d’Anniviers (19 fr.).

L’esprit fusion marque également la carte du soir. Exemple parfait, les quesadillas au vacherin et aux artichauts grillés (27 fr.) assemblent exotisme et saveurs locales au risque de dérouter sérieusement. Les brochettes de poulet mariné façon chawarma, sont quant à elles bien cuites et assaisonnées, sans jouer inutilement l’épate (28 fr.). C’est plus sûr. Un bémol se glisse toutefois dans ce joli programme. On note que, malgré leur prix, les quesadillas et le chawarma sont accompagnés d’une salade verte qui prend beaucoup de place sur l’assiette, sans y apporter grand-chose.

Pour le reste, les propositions classiques (poisson frais du lac selon arrivage, par exemple, ou salade d’asperges, œuf mollet et lardons) côtoient d’autres belles invitations au voyage (kofte, ezme baklava). Difficile de blâmer l’Auberge de Beaulieu pour sa soif d’exploration, mais elle devra sans doute gagner en cohérence.

(24 Heures)

Créé: 10.05.2019, 12h46

L'adresse

Auberge de Beaulieu

Avenue des Bergières 15,
1004 Lausanne

Tél. 021 683 03 03

aubergedebeaulieu.ch

Fermé le lundi. Brunch sa et di.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.