A Lausanne, le bâti fait la part belle au bois

Construire en bois à Lausanne 1/3Les trois bâtiments «En Cojonnex», près de Chalet-à-Gobet, sont un exemple d’utilisation du bois dans la construction. Il y en a d’autres.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La forêt du Jorat s’est parée de nouveaux éléments boisés cet automne. Commandés par la Ville au bureau lausannois MPH, les trois bâtiments qui abritent 102 logements à côté de l’Ecole hôtelière de Lausanne (EHL) déploient leurs façades en sapin. Le matériau naturel se décline aussi dans ses murs et ses appartements.

Le projet «En Cojonnex» de la Société immobilière lausannoise pour le logement (SILL) frappe par son intégration idéale. Mais il n’est pas le seul qui fait la part belle au bois à Lausanne. Et les acteurs de la construction observent un intérêt grandissant des maîtres d'ouvrage dans toute la Suisse. Même si «la volonté de l’acte de construire en bois ne se traduit pas encore réellement dans les chiffres», indique Enrique Zurita, président de la section vaudoise de la Société suisse des ingénieurs et architectes (SIA). La part de marché du bois reste stable, à environ 14% du volume des constructions.

A Lausanne, les trois immeubles de 59 logements étudiants de la SCHL et de la Fondation du Denantou, en cours de construction par Richter-Dahl Rocha (prévu fin 2019) sur la parcelle adjacente, se pareront aussi de bardage en lieu et place de crépi. En 2016, L-Architectes couvraient de bois sombre leurs deux nouveaux immeubles d’habitation donnant sur le vallon de La Sallaz. D’ici 2020, la Maison de l’Environnement, toute de bois et de terre crue, poussera l’utilisation de matériaux naturels à l’extrême près du Biopôle...

Un écho à la forêt

Comme les autres constructions au nord de la ville, le projet «En Cojonnex» du bureau MPH, surnommé «clairière», a été largement dicté par les lieux. «Au début, nous étions seuls sur ces parcelles et voulions un lien fort entre les forêts», raconte Franck Petitpierre, architecte et associé chez MPH. Dans la même idée, un autre projet en cours du bureau lausannois, aux Falaises, fait intervenir le bois (du mélèze) sur les balcons qui donnent sur la forêt du Vallon, du béton structuré côté ville-CHUV.

Aussi, toute la composition de la façade est en bois. Le bardage est en sapin brûlé et brossé. La technique protège d’une part contre les insectes, mais aussi met en valeur le veinage du bois. Avec le temps, ce dernier s’éclaircira et passera du brun-noir au gris, accentuant le vivant du matériau. «Et l’utilisation de différentes profondeurs de lames de bois apporte une vibration à la façade», explique Franck Petitpierre.

Derrière ce qui est visible, l’ossature est composée de caissons remplis d’isolant fait de cellulose (520 m3 de papier recyclé réduit en confetti et insufflé dans les caissons). Préfabriqués, ces panneaux sont glissés entre les piliers et les dalles en béton constituant la structure minérale du bâtiment.

Pour accentuer encore le lien avec le Jorat, une butte arborisée protégera les bâtiments de la route de Berne. Et la placette sur laquelle donnent les trois immeubles a été plantée d’essences locales et garnie de mobilier en bois.

Du bois «local»

Tout le bois utilisé, y compris pour les portes en chêne d’accès aux appartements, est certifié «local». Le label Minergie P Eco exige que la construction ait une très basse consommation d’énergie (dont l’énergie grise du transport de matériaux) et soit de conception écologique (le bois coupé devra être replanté). Est-ce à dire que le sapin d’En Cojonnex a été prélevé dans la forêt du Jorat? «Non, mais en Suisse oui, répond Franck Petitpierre. Le Certificat d’origine bois Suisse (COBS) garantit sa provenance.» Fourni par l’entreprise Volet, à Saint-Légier, le bois des façades (200m3), traité, vient du Jura et des Préalpes. Pour celui des caissons (140m3, ou 9,8km de poutres!), la traçabilité précise n’est pas possible.

A l’avenir, un tel projet – dont le maître d’ouvrage est un organisme communal (ici la SILL) – devrait être entièrement constitué de bois lausannois ou vaudois, selon la stratégie récemment présentée par la Ville. «Depuis 2016 (ndlr: En Cojonnex a débuté en 2014), le Service des parcs et domaines (SPADOM) et le Service d’architecture de la Ville sont tous les deux dans ma direction, c’est idéal! se réjouit la municipale Natacha Litzistorf. La constellation dans la région, véritable «Silicon Valley» du bois, et la volonté politique forte de la Ville et du Canton nous aidera à construire vraiment local.»

La municipale reconnaît les améliorations possibles au niveau de l’organisation de la filière bois: une plateforme régionale, qui centraliserait les demandes locales de bois, devrait être créée dans le cadre du Parc périurbain du Jorat. Mais elle ajoute qu’«une planification plus anticipée de la part du constructeur est nécessaire», car les fenêtres d’opportunité de coupe du bois sont courtes et le séchage prend du temps.

A venir sur le thème "Construire en bois à Lausanne:
2/3 Le bois, matériau du 21e siècle, après l'ère de l'acier et du béton
3/3 Pourquoi la Ville de Lausanne ne construit-elle pas ses bâtiments avec 100% de bois local?

Créé: 15.02.2019, 12h14

Articles en relation

Il y aura de plus en plus d'arbres dans les rues lausannoises

Nature Des mesures visant à défendre et étoffer le patrimoine arboré et forestier sont dévoilées par les autorités Plus...

Le bois du Jorat charpente le futur de l’Ecole hôtelière de Lausanne

Chalet-à-Gobet Les écuries parties en fumée en 2007 ont retrouvé leur aspect d’antan. Le Village de l’innovation est prêt à se développer. Plus...

Une Maison de l'environnement toute de bois et de pisé

Lausanne Dès 2020, le bâtiment regroupera, à Vennes, les différents sites de la Direction générale de l’environnement. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.