Passer au contenu principal

Lausanne aura ses deux places publiques sous gare

Un tronçon du boulevard de Grancy sera fermé à la voiture… Mais pas avant 2027.

La place des Saugettes, rue du Simplon, sera une zone piétonne. Les taxis pourront y passer, tout comme les ayants droits. Plus bas, une place est prévue à Grancy.
La place des Saugettes, rue du Simplon, sera une zone piétonne. Les taxis pourront y passer, tout comme les ayants droits. Plus bas, une place est prévue à Grancy.
HEYRAUD SA RIBI SA ASSOCIES SA

Il y aura la place nord, imposante, fourmillante et minérale. On le sait depuis deux ans. Mais qu’adviendra-t-il du sous-gare, une fois les travaux du bâtiment et des voies terminés? La Ville de Lausanne a levé mercredi soir le voile sur le gagnant du concours d’aménagement de ce secteur.

Attention: l’image présentée ne deviendra réalité que vers 2027. Elle sera l’une des dernières pièces du puzzle qui se joue dans le quartier actuellement. «Tout autour, les projets avancent, explique Natacha Litzistorf, municipale écologiste lausannoise en charge du dossier. Nous devions aussi prendre nos options, savoir ce que nous allions faire. Mais il est certain et voulu que ça évoluera. Il devra notamment être joint, couturé à l’ensemble.»

Le projet présenté promet, en comparaison avec le nord, un rythme plus lent, des végétaux plus présents, davantage de vélos et de piétons, bien moins de voitures. Le Boulevard, c’est son nom, propose non pas une mais deux places publiques. Celle depuis longtemps annoncée, aux Saugettes, sera la vraie place de la Gare côté sud. Mais une deuxième place sera aussi aménagée, dans son axe, sur le boulevard de Grancy.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.
Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Natacha Litzistorf rappelle que les 23 équipes d’architectes, spécialistes de la mobilité ou encore paysagistes qui ont tenté leur chance dans ce concours étaient guidées par un cahier des charges clair. Fruit d’ateliers participatifs avec les riverains et les usagers du quartier, il exigeait de prendre soin des nombreux habitants déjà présents, habitués à une vie plus calme qu’au nord des voies. Avec l’agrandissement de la gare de Lausanne et les dizaines de commerces que les CFF prévoient d’y ouvrir, l’attraction du secteur est promise à une belle augmentation. «Il fallait y préserver de la respiration et de la lenteur face à ce pôle d’attractivité monstrueux», souligne Natacha Litzistorf.

Il avait logiquement été envisagé de plancher sur une place des Saugettes et une rue du Simplon au calme, sorte de zone tampon. «Nous avons un peu pris le contre-pied, en attribuant plutôt une forte vocation piétonne au boulevard de Grancy», explique Pedro de Aragao, du bureau Roland Ribi & Associés. Il s’est occupé de penser la mobilité de ce projet sous la houlette de l’architecte paysagiste Pascal Heyraud.

Deux ambiances

Ainsi donc, les Saugettes auront la vocation de place de la Gare où l’on passe en coup de vent, où l’on attend son train. Elles seront ponctuées de mobilier idoine. Pour la flânerie, il faudra basculer sur Grancy. Là, une seconde place entièrement piétonne est dessinée. Adieu la traversée est-ouest en voiture du seul boulevard de la ville. Deux boucles – au passage de Montriond d’un côté et juste après la Coop de l’autre – permettront aux voitures de circuler aux deux extrémités. Et d’approcher la gare. «Plutôt que de dire qu’on ferme aux voitures, il faut voir qu’on ouvre la voirie au public, on lui offre de se l’approprier», observe Natacha Litzistorf. À l’échelle de la ville, l’ajout de cette zone piétonne fait figure de chaînon manquant. «Il est intéressant de voir qu’on pourra désormais aller de Marterey à Ouchy en site piéton», relève Pedro de Aragao.

La Municipalité lausannoise dit du lauréat qu’il a séduit par la force et l’audace de ce bouleversement de la circulation. Mais aussi par la simplicité et la sobriété des aménagements. «Une fois cet espace libéré des voitures, on voit qu’il a déjà de grandes qualités aussi bien arboricoles que visuelles», explique Pascal Heyraud. Il entend donc se servir des atouts présents et les magnifier.

Les marronniers déjà enracinés «en double alignement» seront par exemple «renforcés et complétés». Autre exemple: la terrasse Alfred-Stucky et son «grand plateau sont une rareté à Lausanne. Nous avons voulu le garder le plus libre possible. Pour des marchés ou des fêtes. Ou simplement profiter de la vue.» Ce dernier point était quasi sacro-saint pour les riverains. Le projet, s’il lie la gare à Grancy, modifie aussi le boulevard d’est en ouest. «Nous en avons fait une vraie promenade urbaine», résume Pascal Heyraud. Les anciennes places de parc deviennent alors plantages, miniplaces ou encore terrasses. Des «extensions des activités des rez-de-chaussée» qui devraient plaire aux commerçants.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.