Lausanne devra briller avec moins de Lumières

FestivalAmputée de plus d'un quart de son budget, la manifestation présente moins d'oeuvres originales jusqu'au 31 décembre.

La capitale vaudoise donne le coup d'envoi simultané au Festival Lausanne Lumières et à Bô Noël, le 20 novembre 2019.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Certains trouveront que le festival Lausanne Lumières revêt une dimension plus humaine cette année, avec moins de lieux à visiter. Les autres déploreront d'en faire le tour plus rapidement qu'à l'accoutumée, avec moins d'oeuvres originales exposées. Ils jugeront sans doute les loupiotes plus palotes. Mais c'est un fait: la huitième édition qui commence ce mercredi 20 novembre, et qui court jusqu'au 31 décembre, a dû composer avec des moyens revus à la baisse. Et pas qu'un peu: 200'000 francs de moins. «Nous avons effectivement été contraints de resserrer le festival, mais les installations sont de grande qualité», assure Julien Finkbeiner, le directeur de Lausanne Lumières.

Au plus fort du festival, entre 2014 et 2016, on a compté pas moins de treize ou même quatorze installations qui déployaient leurs lumières sur Lausanne. Cette année, il y en a dix. Dont trois anciennes: «Comètes», la balançoire des Services industriels à la place de la Louve, «Double Jeu» sous les arcades de l'église de Saint-François, et «Méduses» sous les arches du Grand Pont, oeuvre achetée par le festival lors de l'édition 2013.

Le père du mapping répond présent

Le Français Patrice Warrener est l'un des nouveaux artistes présents cette année. Il est pour ainsi dire le père du mapping, le procédé consistant à diffuser des images sur un bâtiment pour lui donner vie. A son actif, il compte l'illumination de l'Opéra Garnier de Paris, l'Abbaye de Westminster à Londres ou encore la basilique La Campagna de Quito. A Lausanne, il mettra de la couleur sur le portail Montfalcon de la cathédrale. Il avoue sans ambages ne pas avoir travaillé aux tarifs qu'il pratique d'ordinaire «pour jouer des couleurs comme un musicien joue de son instrument». Patrice Warrener: «Ce travail m'occupe depuis de longs mois, malgré le budget très court qui m'a été alloué, mais je ne pouvais pas refuser.» Pour ce prix, son oeuvre «Montfalcolor» ne sera pas animée. «Le côté statique est davantage propice à la contemplation», rassure l'artiste.

Cette année, le budget de Lausanne Lumières est de 500'000 francs, au lieu des 700'000 francs les années précédentes. Un budget assumé pour moitié par la Ville et la Fondation pour le commerce lausannois (ex-City Management), et pour moitié par des partenaires privés. Comment expliquer cette baisse de 28,5%? Doris Cohen Dumani, présidente de la Fondation pour le commerce lausannois: «C'est une volonté des autorités municipales qui nous ont demandé de baisser notre financement. Elles souhaitent que le festival s'autofinance à terme, par le biais de partenaires économiques qui sponsoriseraient les oeuvres.» Pour le directeur de Lausanne Lumières, il devient également difficile de trouver des lieux pour bien mettre en valeur les oeuvres. «Bô Noël ne cesse de s'agrandir, les façades sont de plus en plus éclairées, et la Ville illumine toujours plus de rues pendant les fêtes de fin d'année. Ce n'est pas le tout de proposer de nombreuses installations. Il faut aussi que le public puisse en profiter pleinement.»

Créé: 19.11.2019, 14h52

Articles en relation

[VIDÉO] Lausanne Lumières et Bô Noël allument le centre-ville

Manifestations Quinze œuvres brilleront dans la nuit tandis que les petits chalets formeront sept marchés thématiques. Plus...

Plein les mirettes avec Lausanne Lumières!

Animation Douze oeuvres vont illuminer la capitale vaudoise jusqu'au 31 décembre, pour la sixième année consécutive. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 11 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...