A Lausanne, des enfants écrivent le conte de leur quartier

Livre«Les chevaliers de la Bourdonnette», écrit et illustré par 60 enfants âgés de 6 à 9 ans, sort aux éditions LEP.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lausanne-Flon et Renens-Gare ne sont plus seulement des arrêts de métro. Ce sont désormais les chevaliers d’une histoire fantastique dont l’intrigue se déroule dans les antres de la Bourdonnette.

Le quartier lausannois et ses enfants sont au centre d’un livre paru ce jeudi aux Editions Loisirs et Pédagogie (LEP). Un objet atypique et ravissant. Mais surtout, le produit d’une démarche inédite où 60 enfants se sont alliés pour créer puis illustrer une histoire. «C’est une vraie œuvre collective», souligne Cyril Jost, directeur éditorial. Il dit avoir eu un coup de cœur pour la démarche, dont il a pris connaissance via l’école de sa fille.

Des chevaliers, un dragon et Salade-Frankenstein

Mais c’est dans le cadre de l’accueil de jour que l’idée à germé. Frédéric Bellenot et Michael Facchin étaient éducateurs à l’APEMS (accueil pour enfants en milieu scolaire) en 2014. A l’époque, la Ville souhaite favoriser l’initiation des jeunes à la lecture et aux contes. Frédéric Bellenot se souvient: «On s’est assez vite dit: pourquoi ne pas faire le conte de ce quartier, qui est comme un village où tout le monde se connaît?» Un quartier qui est peut-être le plus affirmé, distinct, de toute la ville.

Alors les chevaliers, le dragon, le pont en tapis, Salade-Frankenstein et d’autres choses encore sont nées. Dans des ateliers d’écriture, où le seul cadre posé a été celui des contraintes d’une narration intelligible: introduction, problématique, climax, etc. Durant quatre mois, une douzaine de petits âgés de 6 à 9 ans se sont relayés pour développer l’histoire.

«Nous voulions montrer que si les enfants sont encadrés, si le collectif fonctionne bien, on peut arriver à un résultat professionnel», poursuit Frédéric Bellenot. Hors de question pour lui et son collègue de produire une œuvre confidentielle, limitée à la Bourdonnette et aux familles des jeunes.

Une collaboration inédite

Très vite, le lien s’est tissé avec l’école. Un continuum s’est établi entre les deux structures. L’histoire y a été racontée. Le temps de l’illustration s’est partagé entre école et APEMS où, une ou deux fois par semaine, les enfants (les douze auteurs et une cinquantaine d’autres) ont dessiné sur 1500 feuilles A4.

Les consignes? Rendre les personnages reconnaissables, via des codes couleur très précis. Pour le reste, la liberté et le style de chaque bambin ont pu s’affirmer. «Il n’y avait pas de dessin faux, c’était un peu nouveau pour eux.»

De grandes photos du quartier ont souvent servi de support aux illustrations des enfants. L’ouvrage contient ainsi des vues de la Bourdonnette, augmentées de la fantaisie de ses petits.

La séance de signatures, comme les stars

Les adultes ont ensuite pris en main la production de l’ouvrage. Les graphistes de 16Pounds (dont Michael Facchin fait partie) ont œuvré sur la maquette et sur la mise en pages. Les étapes de production ont été autant d’opportunités pédagogiques pour les enfants auteurs.

Ce jeudi soir 8 septembre, ils se sont enfin confrontés à la dernière étape, partie intégrante du métier d’auteur, en s’installant derrière une très longue table pour des dédicaces.

Noéla se prête volontiers au jeu, un grand sourire aux lèvres. Prendre la pose avec ses copines pour les nombreux photographes présents n’est pas non plus un problème pour elle. Dan joue les blasés, son feutre à la main depuis quinze minutes. «C’est moins cool que je pensais d’être une star. On écrit toujours la même chose: notre nom!»

Créé: 09.09.2016, 19h14

«Les chevaliers de la Bourdonnette»

Un conte écrit et illustré par 60 enfants du quartier

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.