Lausanne et l'EVAM expliquent l’asile à Vers-chez-les-Blanc

VaudAvant l’arrivée de familles migrantes, une réunion a eu lieu pour informer voire apaiser les riverains.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: Patrick Martin - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il a fait chaud, mercredi soir, dans l’Auberge du Chalet-à-Gobet. Parce qu’une huitantaine de personnes s’y était entassée pour entendre la Municipalité lausannoise et l’EVAM à propos de l’arrivée imminente d’une quarantaine de migrants à Vers-chez-les-Blanc. Mais aussi parce que le ton est parfois monté autour des méthodes de la Ville et de l’intégration en général.

Dès le 8 décembre, des familles migrantes s’installeront dans deux nouveaux immeubles à la route de Marin 5. Une perspective que certains riverains déplorent tandis que d’autres regrettent le manque de communication des autorités. Parmi les interventions inquiètes: «Que vont faire ces personnes la journée puisqu’elles ne travaillent pas?» «Pourquoi les loger si loin du centre alors qu’il faudra ensuite payer des billets de bus?» ou encore «Doit-on héberger tous ceux que Lausanne ne veut pas?». Mais aussi, dans un autre registre: «Comment les aider à s’intégrer?» ou «Est-il prévu de préparer les écoliers à l’arrivée de camarades allophones?»

«Nos autres foyers vaudois ne donnent pas lieu à des articles de presse tous les jours»

Après une introduction pédagogique sur le fonctionnement de l’asile en Suisse, Oscar Tosato, municipal chargé de la Cohésion sociale, et Erich Dürst, directeur de l’EVAM, ont rappelé qu’il s’agissait de familles avec des perspectives d’avenir et dont certains membres travaillent déjà. «Les inquiétudes sont légitimes mais vous remarquerez que nos autres foyers vaudois ne donnent pas lieu à des articles de presse tous les jours», souligne Pascal Rochat, responsable du secteur Lausanne à l’EVAM. Une forte délégation du Groupe d’accueil des migrants à Epalinges (GAMEP) est aussi venue témoigner pour rassurer les réticents.

Attaquée pour son manque de communication, la Ville avait déjà dû se défendre fin octobre au Conseil communal. Le sujet est en effet pris très à cœur par le PLC Nicola Di Giulio qui y avait consacré une pétition et deux interpellations. Ce dernier craint en particulier «une dégradation progressive de la qualité de vie des sites occupés par l’EVAM». La Municipalité répond qu’elle n’a «ni la volonté ni la possibilité» d’interférer dans les discussions entre l’EVAM et les propriétaires privés mais qu’elle entend collaborer et saisir les opportunités (24 heures)

Créé: 16.11.2017, 17h59

Articles en relation

L’EVAM ferme à Nyon le dernier abri du canton

Asile Le flux des migrants s’étant ralenti, l’établissement cessera d’exploiter l’abri PCi de Nyon et le foyer du Chalet-à-Gobet, ouverts tous deux en 2015. Plus...

Les Nyonnais repoussent encore un projet de l’EVAM

Référendum Le projet de créer un centre pour l’hébergement de migrants à Nyon subit un troisième échec, cette fois devant le peuple. A 55,3%, les citoyens n’ont pas voulu d’un centre pour requérants au centre-ville. Plus...

L'EVAM ferme encore deux abris pour requérants

Asile Les locaux de Crans-près-Céligny, de Renens et la structure de jour de Gland boucleront fin mars. Plus...

Passée inaperçue, la mort d’un requérant interpelle

Asile Malgré des contrôles quotidiens, le cadavre d’un homme est resté plusieurs jours dans sa chambre du foyer de Malley. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Johnny monument national. (Paru le 9 décembre)
(Image: Vallott) Plus...