Lausanne lanterne rouge des cartes journalières CFF

TransportsLe prix de ce forfait très apprécié est le plus cher de Suisse romande. La Ville le justifie par sa sous-traitance.

Les cartes journalières communes permettent de voyager partout en Suisse pour un prix sans concurrence sans qu'il soit nécessaire de posséder un abonnement demi-tarif

Les cartes journalières communes permettent de voyager partout en Suisse pour un prix sans concurrence sans qu'il soit nécessaire de posséder un abonnement demi-tarif Image: christian bonzon

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les cartes journalières vendues par les communes à leurs habitants sont le moyen le plus avantageux de se déplacer en transports publics partout en Suisse. Or il y a un hic à Lausanne.

Des élus locaux ont déposé en janvier 2017 une interpellation par laquelle ils s’étonnaient que la capitale vaudoise était la Commune romande vendant le plus cher ce sésame. Ils s’étaient aussi demandé pourquoi celui-ci figurait en avant-dernière place au nombre de ces cartes mises à disposition par habitants.

Questions légitimes, dans la mesure où les cartes journalières sont censées renforcer l’attraction des transports en commun et que la Ville pratique un discours intensif pour soutenir la mobilité collective. Les réponses de la Municipalité viennent de tomber. Si une carte journalière coûte actuellement 49 francs à Lausanne, c’est essentiellement parce que la Commune sous-traite leur mise à disposition avec Lausanne Tourisme. Cet organisme perçoit une commission de 15%. Cette manière de procéder est considérée comme à la fois plus pratique et plus économique. D’abord parce que les cartes sont ainsi disponibles sept jours sur sept de 9 à 19 heures au bureau de Lausanne Tourisme à la gare. Ensuite parce que cela permet à la Ville d’éviter des frais de fonctionnement.

30 cartes à disposition

Lausanne met 30 cartes à disposition de ses habitants. Pour chacune d’elles, les communes payent 14 000 francs par an (ce prix a doublé depuis 1999). Ces cartes valent donc 38.50 francs par jour, sans compter la TVA. Ce qui n’empêche pas la voisine Épalinges, par exemple, de les vendre 37 francs pièce.

Pourquoi 30 cartes seulement à Lausanne? La Ville rappelle d’une part que les invendues, qui représentent 11 jours dans l’année, ne lui sont pas remboursées. Pas question d’aboutir à un déséquilibre financier. Ensuite, elle invoque et redoute la concurrence des récentes offres dégriffées des CFF. Des offres qui débutent certes à 29 francs, mais avec deux légers bémols: il s’agit d’abord du prix plancher réservé aux détenteurs d’un abonnement demi-tarif. Et il faut bien chercher sur le site des CFF pour espérer trouver des journées effectivement proposées à ce prix-là. Moralité: même à 49 francs, les cartes journalières de la Commune de Lausanne sont sans égales pour qui ne possède pas d’abonnement demi-tarif. (24 heures)

Créé: 11.05.2018, 21h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.