Passer au contenu principal

Lausanne accorde un répit de cinq mois aux Yéniches

Nous recherchons une place permanente d'environ 10'000 m2, surtout pour les mois d'hiver, explique Léo Ostertag (à dr.), ici à côté de l'avocat Xavier Rubli, qui assiste les vingt familles du canton.
Bernard et Sylvie ont aménagé leur mobile home de Posieux, à Hauterive (FR), comme une petite maison sédentaire.
Au Chalet-à-Gobet, le terrain servant de parking à l'Ecole hôtelière accueille pour quelques jours un petit groupe de Yéniches vaudois
1 / 14

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.