«Lausanne pourrait faire du Vallon un modèle de dépollution»

InterviewL’ingénieur horticole Gilles Clément vante la diversité qui naît d’espaces délaissés. En biologie mais aussi dans notre société.

Pour Gilles Clément, il faut considérer les espaces délaissés comme des trésors.

Pour Gilles Clément, il faut considérer les espaces délaissés comme des trésors. Image: Vanessa Cardoso

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Vallon prône l’école buissonnière. De mercredi à vendredi, les acteurs associatifs et culturels du quartier ont invité la population à participer, sur le terrain, à une «École du Tiers-Lieux». Une série d’ateliers, de promenades en plein air et de moments festifs pour penser l’avenir du quartier, en particulier de la friche urbaine laissée par l’ancienne usine d’incinération. Et de quoi poursuivre la démarche participative initiée il y a plusieurs années.

Pour bien saisir l’intitulé de la manifestation, il faut se tourner vers son principal invité. Le Français Gilles Clément est ingénieur horticole, paysagiste, jardinier et écrivain. Surtout, il est à l’origine du concept de Tiers-Paysage, particulièrement applicable au Vallon.

D’où vient cette notion de Tiers-Paysage et que signifie-t-elle?
De chez moi, dans le Limousin (France). J’y ai vu un paysage avec seulement des masses boisées et des prairies, un paysage binaire sans réelle diversité biologique. Et pour cause, la biodiversité se trouve ailleurs, dans des espaces résiduels où les machines ne vont pas. Ces sites délaissés accueillent donc toute la diversité qu’on ne veut pas autre part. Il faut considérer ces friches comme un trésor et non comme une honte. Et puis l’expression fait référence au mot de l’abbé Sieyès sur le Tiers-État français. Il disait: «Qu’est-ce que le Tiers-État? Tout. Quel rôle a-t-il joué jusqu’à présent? Aucun. Qu’aspire-t-il à devenir? Quelque chose.»

Ce concept est-il applicable à l’échelle du Vallon?
Oui, il est applicable à l’échelle d’un quartier ou d’une ville. Le Tiers-Lieux est en fait une autre manière de caractériser le Tiers-Paysage. Le Vallon est un territoire qui accueille une population dont la diversité est chassée partout ailleurs (ndlr: marginaux et toxicomanes, notamment). Les structures créées ici n’existent pas dans d’autres secteurs. C’est une richesse, et un quartier exemplaire qui donne une possibilité de vivre à ceux que la société rejette. D’habitude, il existe un cloisonnement. Il vient d’un modèle culturel qui refuse la complexité humaine. Si vous vous écartez de la règle, vous êtes exclu. Pourtant il faut accepter qu’il existe une diversité comportementale. Sinon, que sommes-nous? Des objets?

La nature a-t-elle un rôle à jouer dans un quartier en transition comme le Vallon?
Elle est même encore plus cruciale puisque le site de l’ancienne usine d’incinération, qui accueillera des logements, est pollué. Personnellement, j’y vois l’occasion de faire du quartier un modèle de dépollution urbaine où la nature aurait donc un rôle d’assainissement. Une sorte de laboratoire qui servirait de référence à l’échelle mondiale. Comment partir d’un site considéré comme une poubelle pour en faire un lieu habitable? Comment fonctionne la masse végétale? Comment interagissent les plantes? Le processus serait long, mais la Suisse a les moyens de servir d’exemple.

Et Lausanne?
Il est toujours possible d’aller plus loin. Prenez Lausanne Jardins, dont j’ai rencontré certains responsables. Il faut se demander pourquoi on fait ça. Pour décorer? En 2019, le thème sera la pleine terre. Moi je propose d’utiliser les taupes. J’ai fait l’expérience chez moi, elles font germer une diversité de plantes messicoles (qui vivent dans les moissons ou les cultures) disparues qui ont besoin de sols retournés.

Politiquement, l’idée serait donc d’expérimenter davantage?
En tout cas de porter l’indécision à la même hauteur que la décision. De ne pas gérer le territoire de manière technocratique mais de prendre position sur ce qui arrive. Les villages anciens, adaptés à la typologie du territoire, étaient organiques, pas technocratiques. Nous ne faisions pas de grands terrassements pour poser des barres d’immeubles toutes droites. Mais la technologie a donné quelques absurdités. (24 heures)

Créé: 11.12.2017, 12h06

Le Vallon refuse les carcans

Il n’était pas question de parvenir à des conclusions définitives à l’issue de ces trois jours d’«École du Tiers-Lieux», mais les retours sont déjà positifs du côté des organisateurs. Encore une fois, ils étaient nombreux à collaborer puisque la Fondation ABS, la Marmotte, l’Association de quartier, le Théâtre 2.21 mais aussi l’EPFL et l’espace artistique Urgent Paradise ont participé. «Nous misons toujours sur la perméabilité entre les gens établis dans le quartier et des apports extérieurs, souligne Louis Schild, musicien résident au 2.21. Quand le social, la culture ou encore l’éducation interagissent, c’est là qu’est la vraie richesse, loin du cloisonnement des organigrammes officiels.» Faisant écho au concept de Tiers-Paysage, ce dernier rejette les formes imposées au profit des formes émergentes. «Ce sont elles qu’il faut soutenir, mais sans les récupérer par le bas.» Pour lui, «tout se passe dans le gris, pas dans les zones délimitées que sont le noir et le blanc». «C’est pour ça que j’apprécie l’ambiance du Vallon, réagit Gilles Clément. Il y a quelque chose d’heureux ici, hors du carcan. Les gens ont une conscience mais aussi un artisanat possible.»

Articles en relation

Une figure des espaces verts pour penser le Vallon

Urbanisme Trois jours d’échanges sont prévus autour de Gilles Clément, spécialiste des sites en transition Plus...

Un marché aux légumes et aux idées pour le Vallon à Lausanne

Vie locale Les habitants sont invités à venir s’exprimer sur l’avenir du quartier autour de quelques stands. Plus...

Ô Vallon, il y a des gens qui aiment leur quartier et en font toute une fête!

Lausanne Du 3 juin au 2 juillet, c’est «la fête au village» aux portes de la Cité, un coin de ville méconnu, bordé par les plateaux de l’Hermitage et du CHUV. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.