Passer au contenu principal

Lausanne n’est pas près de sortir de sa crise du logement

En juin, il ne restait que 108 objets libres sur le marché. La donne ne va pas changer

OLIVIER ALLENSPACH -a

A Lausanne, la crise du logement «va persister longtemps». Ainsi répond Grégoire Junod, municipal en charge, quand on lui demande de commenter le taux de vacance – 0.14% ou 108 habitations à louer ou à vendre – de la capitale vaudoise à fin juin.

«La pénurie a plusieurs causes, analyse-t-il notamment. Dans les années 1990, la construction a connu un net ralentissement pour des raisons économiques». Et l’avalanche de projets – 1173 logements se trouvaient en construction à fin juin – ne devrait rien y changer. La croissance démographique, et donc la demande, sont trop élevées pour ça.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.