Passer au contenu principal

Lausanne veut nettoyer les devantures de magasins

L’opération d’harmonisation de l’aspect des commerces est lancée dans le quartier de Saint-François.

Les lampadaires en forme de B (à g.) de la rue de Bourg pourraient disparaître, tout comme les bornes touristiques, chevalets ou autres «procédés de réclame» jugés disgracieux.
Les lampadaires en forme de B (à g.) de la rue de Bourg pourraient disparaître, tout comme les bornes touristiques, chevalets ou autres «procédés de réclame» jugés disgracieux.
PATRICK MARTIN

Les manœuvres ont commencé pour redorer le blason de la rue de Bourg et de Saint-François. Pierre-Antoine Hildbrand (PLR), responsable de l’Économie, en fait l’un de ses chevaux de bataille. «C’est un secteur phare pour l’attractivité du commerce lausannois, relève-t-il. Or on y voit un fort taux de rotation, de disparition de magasins emblématiques et en même temps une série de travaux. Tout cela rend la marche du commerce difficile.»

La problématique est aussi bien connue que les limites de l’exercice des autorités publiques sont claires. Au fond, ce sont aux propriétaires et aux enseignes de se maintenir, de choisir de rester ou de partir. Mais la Ville est convaincue d’avoir une carte à jouer. L’ensemble des commerçants du quartier Saint-François, Bourg et Rôtillon a donc reçu, la semaine dernière, un courrier visant à «mieux connaître la situation du commerce de détail lausannois». La Ville y annonce son projet: «améliorer l’aménagement urbain d’un lieu emblématique», à savoir Saint-François. Du moins pour le moment. L’expérience est appelée à s’étendre au reste de la ville.

«Ça va vraiment dans le bon sens»

Claude Jutzi, président de l’Association des commerçants du secteur, dit encourager les membres à participer à cette démarche: «Ça va vraiment dans le bon sens. Nous avons par ailleurs plein de projets pour ce quartier, ça bouge, et il est grand temps que nous parlions de cette ville de façon positive.»

Les autorités – la municipale de la Propreté urbaine, Florence Germond (PS), participe aussi à la démarche – créent un «groupe de concertation» avec les intéressés. Il y sera question de sécurité et de propreté évidemment. L’éclairage passera, lui aussi, probablement par une mue. Les lampadaires en forme de B, traditionnels mais peu remarqués, qui jalonnent la rue de Bourg pourraient être démontés.

Sus aux chevalets

Les «procédés de réclame», comme on dit dans le jargon, seront eux aussi repensés. Pierre-Antoine Hildbrand n’a jamais caché son aversion pour les enseignes «criardes» mais surtout pour les chevalets posés devant les boutiques, tout comme les parasols publicitaires et les chaises en plastique. «Cela n’amène qualitativement rien, pollue visuellement, complique la déambulation… Et si on réfléchit bien, ils éloignent des vitrines!» Claude Jutzi abonde: «Nous avons atteint un haut degré d’absurdité avec ces chevalets, il y en a tellement qu’ils rendent plus difficile l’accès aux magasins!»

Bref, le look des rues du centre devrait évoluer. «Nous voulons réfléchir à une meilleure unité, à davantage de lisibilité, ajoute Pierre-Antoine Hildbrand. Par le passé, nous avons été paradoxaux: à la fois trop pointilleux et trop tolérants.» L’idée est aussi de veiller à valoriser certaines façades historiques. L’élu PLR sait qu’il se lance dans une entreprise de longue haleine où il ne se fera pas que des amis.

Concilier les intérêts

Un conflit serait par ailleurs déjà en cours avec certains commerçants du secteur qui tiennent à leurs panneaux de pub et autres artifices pour se faire remarquer des chalands. «Ce qui sera difficile, ce sera de concilier l’intérêt que chacun a pour son propre commerce avec l’intérêt général d’une ville qui veut favoriser les rues commerciales dans leur ensemble.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.