Une Lausannoise fait le buzz avec sa pétition antivoile

ModeUne campagne de pub de la marque Gap crée la polémique en Europe en montrant une fillette en hijab. Un groupe féministe romand mène la charge.

La campagne de Gap pour sa ligne pour enfants a été lancée sur Twitter et est visible sur son site internet américain.

La campagne de Gap pour sa ligne pour enfants a été lancée sur Twitter et est visible sur son site internet américain. Image: Capture d'écran Gap.com

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les signatures continuent d’arriver une à une. La pétition d’une Lausannoise connaît un écho inattendu sur le site change.org depuis une semaine, franchissant la barre des 7500 soutiens jeudi. Sous le titre «Le voile n’est pas un jeu d’enfant», elle épingle la marque américaine de vêtements Gap pour une campagne de publicité diffusée en anglais, mais qui crée la polémique en Europe, et surtout en France. Celle-ci montre des enfants new-yorkais portant la collection Gap Kids, avec parmi eux une fillette portant un hijab.

Depuis le lancement de la campagne sur Twitter fin juillet, les réseaux sociaux s’enflamment, avec son lot de réactions outrées ou au contraire enthousiastes. Nadine Richon anime l’antenne lausannoise des Féministes laïques, un groupe militant plutôt méconnu, lancé initialement à Genève. C’est elle qui a publié sur le site de pétitions en ligne un texte demandant à Gap Europe de se désolidariser de la campagne globale de la marque. «On a hélas commencé à s’habituer à voir des femmes voilées dans les publicités, mais en utilisant une enfant, Gap va trop loin. L’argument de la liberté de choix par rapport au port du voile ne tient pas. Il fallait réagir», argumente la Lausannoise.

Ironiquement, Gap est aussi saluée sur les réseaux sociaux pour une publicité inclusive vis-à-vis des minorités et reflétant la diversité de la société. Les enfants représentés ne sont en effet pas des mannequins, mais de véritables écoliers du quartier de Harlem. Un argument que balaie Nadine Richon: «Le voile n’est pas un symbole d’inclusion et de diversité. Au contraire, il minimise les femmes et conduit à les uniformiser.» Si la campagne n’est pas ciblée sur l’Europe, pour elle, ce type de représentation pourrait bien passer l’Atlantique: «Il faut donner un signal à ces grandes enseignes pour leur dire d’arrêter.»

Sur change.org, les pétitions qui rassemblent des milliers de signatures par semaine ne sont pas si rares. Le succès de sa pétition, bien au-delà des frontières suisses, est tout de même inattendu pour Nadine Richon: «Elle a été relayée en France, au Canada et en Belgique par des réseaux féministes et laïques.» (24 heures)

Créé: 16.08.2018, 16h34

Articles en relation

Le port du voile à l’école provoque un clash entre l’UDC et Darbellay

Valais Le conseiller d’État PDC propose une solution trop peu restrictive aux yeux de l’UDC. Qui promet de saisir le Tribunal fédéral. Plus...

Les Valaisans ne voteront pas sur le voile à l'école

Islam Le Grand Conseil a invalidé une initiative de l’UDC prévoyant une interdiction. Un recours au Tribunal fédéral est envisagé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.