Une Lausannoise s'érige en grande gueule du rap indépendant

MusiquePunchy et percutante, La Gale signe son premier album, éponyme. Vernissage ce vendredi soir au Romandie.

La Gale sort son premier album.

La Gale sort son premier album. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les nerfs à vifs et le franc-parler aiguisé comme une lame de rasoir, La Gale taille dans les mots. Encore et encore, jusqu'à sculpter des messages hautement corrosifs. C'est ainsi que la Lausannoise Karine Guignard dépeint ce qui la révolte et prend le «droit de se positionner sur notre environnement social et politique».

Dans son premier album, intitulé sobrement «La Gale», la rappeuse vaudoise signe et scande dix textes, agrémentés de beats electro rehaussé de basses musclées. «J’ai laissé un champ musical libre à Christian Pahud (ndlr : le batteur du groupe lausannois Honey For Petzi) car je savais que ce serait bien».

Sacré parcours artistique que celui de l'ancienne punkette qui s'est tournée vers au autre style musical. Si elle œuvre comme ingénieure du son, elle a aussi su apprivoiser les caméras. Par deux fois: dans la série de Canal+ De l'encre et dans le film Opération Libertad du Genevois Nicolas Wadimoff. «Il faut marcher pour voir qui tu es vraiment», note l'intéressée.

Un coeur balancé entre Orient et Occident
Née d’une mère libanaise et d’un père suisse, la jeune femme de 28 ans tient des deux cultures. «D'ici j'ai la rigueur, un petit côté je-te-fais-pas-chier-si-toi-non-plus et l'humilité. De là-bas: la ferveur, le jusqu'au-boutisme, le respect et l'amour des choses simples», résume la brune qui refuse à tout prix d'être prise pour un «objet sensible féminin».

Et même si elle a fait ses classes en Suisse, le pays du cèdre n'était jamais bien loin. «J'ai grandi avec la télévision allumée sur la révolution au Liban, confie Karine Guignard. Donc ça touche.» Des images qu'on retrouve dans son titre On mate sur les côtés où elle esquisse cet «Orient qui en a marre de se taper une fouille rectale à chaque aéroport ou d’être infantilisé par les médias».

La semaine passée, La Gale a donné un concert à Beyrouth sur invitation de l’ambassadeur suisse. Une belle expérience. «Les gens étaient super réceptifs!» Et il n’est pas rare pour la Lausannoise de collaborer avec ses camarades rappeurs d'Orient. «J’ai plein de contacts au Caire. Il y a un terreau hyper fertile en termes de contre-culture, raconte-t-elle ses yeux aussi bruns que brillants. Comme le rap y émerge, il y a tout à faire et les gens sont super motivés.» De quoi combler une artiste attirée, plus que tout, par l’authenticité.

(24 heures)

Créé: 29.03.2012, 17h17

Musique au carrefour d'internet

Pour toutes les collaborations de l'artiste, le net est un outil de prédilection. Cela passe par Facebook - cet «organe de contrôle désespérément addictif» - mais aussi par de nombreuses plateformes. Ainsi, c’est un cyber-ping-pong qui a engendré l’album collectif «Geneva meets Gaza», réalisé avec d’autres Romands et les Palestiniens de DARG Team. Définition des thèmes des chansons, attribution de chacune des mesures, enregistrements à distance et arrangement des pistes: toutes ces étapes ont transité par le web jusqu’au mixage final à Lausanne.

Mais, si elle est pratique pour coopérer, réserver une salle ou tout simplement se faire connaître, l’évolution de la Toile inquiète La Gale qui redoute d'être brimée: «on ne sait pas où la liberté d’expression va se placer».

Le titre «Tes balafres»

Vernissage de «La Gale»

Ce soir dès 20h30 au Romandie, à Lausanne.

«La Gale»: sortie du CD le vendredi 30 mars 2012.

Le titre «Comptez vos morts»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...