Passer au contenu principal

«Le LEB fonctionne depuis sept ans ans avec un horaire inadapté»

Un audit a mis à jour un bug dans l’horaire et la mise en service du tunnel est encore repoussée.

La compagnie du LEB a reçu quatre nouvelles rames d'un nouveau type ces derniers mois. Composées de trois éléments, elles offrent toutefois une capacité similaire aux doubles rames récemment acquises.
La compagnie du LEB a reçu quatre nouvelles rames d'un nouveau type ces derniers mois. Composées de trois éléments, elles offrent toutefois une capacité similaire aux doubles rames récemment acquises.
TL - LDD

Ils ne savent pas s’ils doivent en rire ou en pleurer, mais depuis lundi la cadence quinze minutes entre Lausanne et Echallens ne donne plus de cheveux blancs aux responsables du Lausanne - Echallens - Bercher. En raison de la pandémie, l’horaire du dimanche est appliqué jusqu’à nouvel avis, avec des trains circulant toutes les 30 minutes entre les capitales vaudoise et du Gros-de-Vaud.

Cette accalmie offre l’occasion de faire le point sur les chantiers en cours avec le président du Conseil d'administration (CA) Jacques Millioud et le délégué à la communication et affaires ferroviaires du Département des infrastructures et des ressources humaines, Mehdi-Stéphane Prin.

Outre le nouvel horaire réduit, le coronavirus a-t-il d’autres impacts importants?

MSP: Oui, les TL ont interrompu le chantier du tunnel au début de la semaine passée.

Sa mise en service sera donc retardée ?

MSP: Oui, mais elle l’était déjà suite aux problèmes de dégagement de soufre rencontrés (voir ici). En plus, les haveuses rencontrent maintenant une molasse particulièrement dure. Cela fait trop d’imprévus pour que les TL puissent avancer une nouvelle date de mise en service. Ils ne pourront le faire qu’au moment où le percement touchera à sa fin.

A propos de retard, cela fait plus de sept mois que la cadence 15’ aurait dû être introduite jusqu’à Echallens... (voir ici) JM: Notre logiciel de gestion du trafic est désormais opérationnel et le problème des régulateurs résolu. En revanche nous devons toujours former davantage de nouveaux conducteurs, alors qu’il existe un manque national. Nous avons donc trouvé des solutions pour améliorer la situation: nouvelle trame horaire et conditions salariales revues. Deux volées de formation sont prévues cette année.

Vous avez aussi annoncé le lancement d’un audit. Avez-vous obtenu des résultats ?

JM: Le CA en a même lancé deux. Le premier, sur la fiabilité de l’horaire, a révélé un gros problème entre Romanel et Prilly-Union: il nous manque des minutes de façon chronique et cela nous empêche de rattraper les retards lorsqu’il y a un couac.

MSP: Ce fut une très mauvaise surprise et l’on peut se demander pourquoi ce problème n’a pas été identifié plus vite. Il date en effet de l’introduction de la cadence 15’ entre Lausanne et Cheseaux en 2013 (Ndlr: donc avant que la gestion de la ligne ne soit reprise par les TL). Cela fait donc presque sept ans que le LEB utilise un horaire qui ne laisse pas suffisamment de marge sur ce tronçon ! La direction étudie des solutions, mais il n’en existe malheureusement pas de simple.

Et le second audit ?

JM: Il concernait les infrastructures. Nous avons reçu un état des lieux en décembre, qui met le doigt sur des problèmes datant de plusieurs années en arrière. Les mesures sont en cours, mais il faudra du temps pour mettre en place toutes les solutions.

En parlant de matériel, vous êtes en train de recevoir de nouvelles rames. Il semble qu’elles soient différentes des précédentes…

JM: C’est exact, nous venons d’en recevoir quatre. Ce n’est pas le même modèle que les dernières acquises car nous bénéficions d’un achat groupé avec d’autres compagnies. Et même si elles se composent de trois éléments, elles ont plus ou moins la même capacité que les doubles rames actuelles. Nous prévoyons d’ailleurs toujours d’acquérir des caissons intermédiaires pour allonger ces dernières, lorsque nous voudrons introduire la cadence 10’ à l’horizon 2030.

L’impression que le CA reprend la main sur le fonctionnement de la compagnie est-elle justifiée ?

JM: Oui, c’est le résultat d’une volonté commune du Canton et du CA. Elle s’est d’abord matérialisée par l’arrivée au CA de deux grands spécialistes des questions ferroviaires (Ndlr: MM. Philippe Gauderon et Pierre-Alain Urech). Ensuite, nous avons recréé une véritable direction dédiée, à Echallens et autour d’Olivier Bronner. Elle comprend un responsable infrastructures et un chef d’exploitation. Mais les TL restent chargés de faire circuler les trains au jour le jour.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.