Léon Missile signe trois tours Edipresse ensanglantées pour soutenir la Julie

Street ArtCe vendredi matin, le peintre lausannois a collé trois affiches format mondial montrant la tour, siège de Tamedia Suisse romande, colorée en rouge

L'oeuvre intacte, avant que, dans la matinée, une des trois affiches soit vandalisée.

L'oeuvre intacte, avant que, dans la matinée, une des trois affiches soit vandalisée. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ceux qui descendaient prendre leur train par l'avenue de la Gare ce vendredi matin n'ont pas pu les manquer. Quatre panneaux SGA sont "squattés" par l'artiste lausannois Léon Missile, rompu à l'art du marouflage sauvage dans les rues de Lausanne depuis 2011. Sur les trois premiers, la tour Edipresse se décline dans des coloris oppressants passant du noir au rouge-orangé. L'inscription rouge sang «Je suis Julie» barre la quatrième affiche.

L'artiste, qui ne signe pas son œuvre mais dont on reconnaît maintenant le style sans peine, ne s'exprime pas sur son travail. Mais les éléments qu'il laisse sur ce polyptyque orientent passablement son interprétation.

Créé: 30.09.2016, 09h42

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.