Au Levant, la densification passe malgré les opposants

LausanneL’agrandissement d’un immeuble locatif montre la difficulté de s’opposer à la densité de l’habitat requise par le législateur.

Au chemin du Levant 139, le chantier va démarrer sous peu.

Au chemin du Levant 139, le chantier va démarrer sous peu. Image: Vaudoise Assurances

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Entre Lausanne et Pully, le chemin du Levant borde une zone de villas dans sa partie supérieure. Plus bas, il réunit de petits immeubles dans une zone dite de densité moyenne. Ici, un projet de Vaudoise Assurances est en passe de se réaliser: l’ajout d’une bonne vingtaine de petits appartements à un immeuble existant. La construction entourera la bâtisse par les côtés et au dessus. Mais le projet semble bien volumineux en regard du bâti existant. Aussi les propriétaires voisins ont-ils tenté de s’opposer à ce qu’ils perçoivent comme de la démesure. Une bataille juridique qui les a emmenés jusqu’au Tribunal fédéral (TF), en vain.

Pour Vaudoise Assurances, qui a investi entre 7 et 8 millions dans ce projet, il s’agit d’améliorer le rendement de sa parcelle. «Nous avons prévu des studios car nous privilégions les immeubles mixtes. Des trois et quatre pièces existent déjà dans l’immeuble», explique Michel Burgunder, chef du service Constructions et développement immobilier de l’assureur. Pour lui, le projet suit simplement la nécessité de densifier les zones déjà urbanisées. Une logique qui s’est accentuée avec la mise en œuvre de la loi sur l’aménagement du territoire (LAT). «La richesse d’un quartier vient aussi de la mixité de sa population, à l’image des bourgs historiques, dit-il. Ce quartier peut sembler beau pour ses habitants, mais je ne crois pas que notre projet le dénaturera.»

La remarque a de quoi chiffonner les voisins, qui peinent encore à digérer le jugement du TF. «Lorsqu’on sait à quel point une administration peut-être pointilleuse, s’exclame leur avocat, Me Jacques Micheli. Ici, au nom de la densification, toutes les exigences réglementaires ont été sacrifiées.» La construction viendra en effet grignoter la zone herbeuse qui la sépare du domaine public, pour s’ériger au raz du trottoir, tout en gagnant en hauteur. De là à soupçonner qu’un acteur incontournable tel que Vaudoise Assurances ait bénéficié de faveurs, il n’y a qu’un pas. D’ailleurs, les opposants estiment avoir été bien peu écoutés.

Pas de protection

Des règlements «tordus» pour densifier coûte que coûte? La Ville de Lausanne, qui a accordé le permis de construire, rétorque en soulignant la régularité de ce projet, réalisé «sans dérogations autres que celles prévues par le Plan général d’affectation». Le TF l’a confirmé. D’ailleurs, si la Municipalité a pu afficher une nouvelle volonté de préserver certains quartiers, le Levant ne s’intègre pas dans cette ligne. «Si le même projet nous était présenté aujourd’hui, la Municipalité ne pourrait pas s’y opposer plus qu’hier puisque ce quartier ne fait pas l’objet d’une protection particulière, explique Vanessa Benitez Santoli, de la Police des constructions. L’inventaire fédéral (ISOS) ne propose qu’un objectif de sauvegarde C, soit l’objectif le plus faible .» (24 heures)

Créé: 11.09.2017, 08h15

Articles en relation

A Lausanne, c’est au tribunal qu’on conserve le patrimoine

Urbanisme En 1 an, la Municipalité a refusé plus de permis de construire que durant les cinq années précédentes. Elle est soutenue par les juges fédéraux. Plus...

Un quartier lausannois protégé par la justice

Urbanisme Les riverains voulaient préserver les particularités du quartier de la Gottettaz. Ils ont gagné devant le tribunal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...