Passer au contenu principal

La ligne «olympique» épouse enfin le bord du lac

Dès le 17 juin, la nouvelle ligne 24 circulera entre la Bourdonnette et la tour Haldimand. Elle aura coûté 1,6 million de francs.

L'aménagement de la ligne et de ses sept nouvelles stations a coûté 1,6 millions de francs.
L'aménagement de la ligne et de ses sept nouvelles stations a coûté 1,6 millions de francs.

Grosse cérémonie d’ouverture pour la nouvelle ligne de bus «olympique» des Transports publics de la région lausannoise (TL). Surnommée ainsi parce qu’elle dessert notamment le nouveau siège du Comité international olympique (CIO) mais aussi la Maison et le Musée olympiques, cette ligne No 24 a été inaugurée jeudi soir par la Municipalité et le Canton, en présence de Thomas Bach, président du CIO.

Forte de douze arrêts, elle relie la Bourdonnette à la tour Haldimand par les rives du Léman (Bourget, Vidy, Ouchy). «Elle connecte les métros M1 et M2 et longe toute la zone de détente du bord du lac, où notre offre était insuffisante, souligne Michel Joye, directeur des TL. Nous relions désormais différents sites d’importance et favorisons les déplacements de tourisme qui égalent les trajets dévolus aux activités professionnelles ou à la formation.»

Soulager un axe saturé

Alors que le Conseil communal de Lausanne avait octroyé 1,2 million de francs à la Municipalité en mai 2016, la nouvelle ligne 24 aura finalement coûté 1,6 million. Le projet avait en effet été retoqué par la justice à la suite d’une opposition de l’Association vaudoise pour la construction adaptée aux personnes handicapées: la hauteur des quais aux nouveaux arrêts était jugée insuffisante.

«Désormais, les sept nouvelles stations possèdent des quais hauts de 22 centimètres, et il s’agit presque d’un embarquement à niveau, précise Florence Germond, municipale chargée de la mobilité. C’est un vrai confort pour toutes les personnes à mobilité réduite.» Il est également prévu que «le confort des arrêts soit amélioré par une arborisation et des assises supplémentaires».

Florence Germond défend par ailleurs une liaison est-ouest qui densifie le réseau au sud de la ville. «Une ligne qui favorisera le report modal des pendulaires, des étudiants et des touristes sur un axe routier extrêmement saturé.»

Parallèle à la ligne 25, qui emprunte notamment l’avenue de Cour, cette ligne «olympique» ne va en revanche pas aussi loin à l’est. Pourquoi ne pas l’avoir prolongée, au moins jusqu’à Pully? «Nous discutons en permanence pour améliorer l’offre dans ce secteur, notamment dans le cadre du Schéma directeur de l’Est lausannois. Cette ligne a d’abord été pensée pour desservir le bord du lac, pas pour être un axe structurant. Avec l’expérience de l’exploitation, nous serons en mesure d’évaluer les possibilités», répond Michel Joye.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.