Fréquentation en hausse au local d'injection

DroguesLa structure lausannoise permet désormais l’inhalation simultanée de cocaïne et d’héroïne.

A l'Espace de consommation sécurisé de drogues de Lausanne, les toxicomanes amènent les substances qu'ils veulent s'injecter, inhaler ou sniffer. Ils sont encadrés par les professionnels dans une perspective de réduction des risques.
Vidéo: FLORIAN CELLA - A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’Espace lausannois de consommation sécurisé de drogues (ECS) a révisé son règlement pour coller aux habitudes des usagers. L’inhalation de deux produits en même temps ou successivement - cocaïne base avec héroïne, le plus souvent - est désormais autorisée.

Quarante toxicomanes fréquentent en moyenne tous les jours la structure d’accueil à bas seuil axée sur la réduction des risques liés à la prise de drogues. Au total, 7385 consommations ont été enregistrées depuis son ouverture en octobre dernier, dans les murs de la Fondation ABS.

La fréquentation ne cesse d’augmenter. Quarante passages par jour, donc, contre une trentaine en janvier et une vingtaine le premier mois d’activité. Cinq nouveaux usagers se présentent toutes les semaines.

On est tout de même loin du chiffre de 100 utilisateurs par jour articulés par les autorités lors de la présentation du projet pilote. «Ce n’était pas un objectif en soi mais une estimation, répond Matthieu Rouèche, directeur de la fondation ABS. Nous sommes satisfaits; le rythme correspond à celui qu’on attendait. On savait qu’il faudrait du temps pour que la confiance s’installe et que les gens fréquentent ce lieu.»

«On observe une augmentation de la consommation de cocaïne par inhalation», relève aussi Matthieu Rouèche. L’injection reste le mode de prise de drogues le plus courant à l’ECS, suivies par l’inhalation et le sniff, marginal.

Les toilettes de la Riponne, prisées des toxicomanes, sont fermées en journée depuis le 15 mai sur décision municipale. «Pour le moment, on ne constate pas d’effet sur la fréquentation», indique Matthieu Rouèche. Il est circonspect quant à l’impact d’une telle mesure. «Mettre une pression sur des consommateurs peut être contre productif pour des personnes qui seraient réfractaires à l’idée de fréquenter la fondation. Ce n’est pas cette fermeture qui va les faire venir…»

Même analyse concernant le Distribus, le dispositif d’échange de seringues posté sur la Riponne. Ses horaires ont été revus à la baisse par les autorités. «Je ne pense pas que cette réduction amène du monde à l’ECS. Par contre, cela pose la question de l’accès au matériel des personnes qui ne le fréquentent pas.» (24 heures)

Créé: 22.05.2019, 15h28

Articles en relation

Les WC de la Riponne seront fermés la journée

Lausanne Pour lutter contre la consommation de drogue, Lausanne prend une série de mesures. Plus...

Vers plus de social autour des malades de la drogue

Lausanne Oscar Tosato réunit les acteurs sociaux afin de trouver de nouvelles solutions pour prévenir la consommation sur l’espace public. Plus...

Comment faire cohabiter le Distribus et le local d’injection?

Lausanne Les horaires du bus de la Riponne vont changer, en partie pour inciter les toxicomanes à se rendre dans la structure du Vallon. Plus...

Reportage au local d’injection lausannois

Drogues Les toxicomanes apprécient le nouvel Espace de consommation sécurisé mais déplorent des horaires jugés trop restrictifs. Plus...

Que va changer l’ouverture du «shootoir» lausannois?

Drogue Le local d’injection ne va pas régler tous les problèmes, préviennent des spécialistes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.