Le local d'injection recrute en vue d'ouvrir cet automne

LausanneUn agent de sécurité et quatre infirmiers et intervenants sociaux seront présents pendant les heures d’ouverture.

L'Espace de consommation sécurisé sera aménagé dans les locaux de la Fondation ABS au Vallon, à Lausanne.

L'Espace de consommation sécurisé sera aménagé dans les locaux de la Fondation ABS au Vallon, à Lausanne. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est confirmé: l’Espace de consommation de drogues sécurisé (ECS) ouvrira ses portes cet automne au cœur du quartier lausannois du Vallon, dans les locaux de la Fondation d’Accueil à Bas Seuil ABS. La durée des travaux restant floue, les autorités se refusent à fixer une date d’inauguration.

Il s’agit aujourd’hui de définir le fonctionnement de la structure sociosanitaire, dotée de quatre places pour l’injection et du même nombre pour l’inhalation ou le sniff. Une centaine d’usagers réguliers sont attendus. Le local partagera le bâtiment avec La Terrasse et Le Passage, lieux d’accueil gérés, eux aussi, par la Fondation ABS.

La Municipalité lausannoise a la pression. Elle sait que ce projet pilote sur trois ans fera l’objet de toutes les attentions. La question de la sécurité aux abords du bâtiment, tout particulièrement. La Ville a promis au voisinage un dispositif d’encadrement des usagers. Concrètement, un «agent de sécurité» sera présent pendant les heures d’ouverture, tous les jours de l’année, 12 h à 19 h. Policier? Prestataire privé? Correspondants de nuit? «Nous réfléchissons à ces trois options avec une préférence, à ce stade, pour la dernière», répond le municipal socialiste Oscar Tosato, président du comité de pilotage de l’ECS. Trois collaborateurs seront présents en permanence et un quatrième sera posté à l’entrée pour assurer l’accueil.

Une dizaine de postes

Toutes les grandes villes du pays sont déjà dotées d’un tel local de consommation. La Municipalité lausannoise s’est donc rendue dans d’autres structures pour s’inspirer de leur fonctionnement, notamment à Zurich. ABS recrute actuellement une dizaine d’infirmiers et d’intervenants sociaux. Les nouveaux venus officieront dans les autres services de la fondation, et inversement. Un tournus visant à éviter de confronter les mêmes professionnels, de façon répétée, à ces situations délicates. «Cela permettra de favoriser l’intégration de la structure pilote aux prestations existantes», ajoute Oscar Tosato.

L’entrée de l’ECS sera distincte de celle du Passage et de la Terrasse. «Mais il ne s’agit pas de créer des ghettos et d’avoir trois espaces qui cohabitent en s’ignorant, précise Paolo Mariani, membre du conseil de fondation. Le sujet est évidemment délicat: comment les différents usagers vont-ils interagir? Il y aura une attention particulière pour que cela se passe au mieux.»

Reste à former les professionnels qui encadreront les prises de drogue, en collaboration avec l’association Première Ligne. Cette dernière gère Quai 9, le local d’injection genevois. Au programme: deux journées d’immersion et diverses formations, dont un module sur les modes de consommation et les risques associés. et un autre sur la prévention des overdoses et la réanimation.

Pour rappel, l’Espace de consommation sécurisé vise à améliorer la santé des toxicomanes, diminuer les scènes de drogue dans l’espace public et les seringues à l’abandon. L’ambition sanitaire est claire. Qu’en est-il du volet social? «La présence d’infirmiers et d’intervenants sociaux permettra de renforcer le lien avec les usagers de drogues, explique Oscar Tosato. L’ECS pourra être la porte d’entrée, pour certains consommateurs, aux prestations sociales proposées par ABS (aide à la survie, repas, vestiaire, douche, machine à laver le linge, petits jobs…)»

Rapport intermédiaire

«La prestation centrale, c’est l’accueil, abonde Matthieu Rouèche, codirecteur ad interim de la Fondation ABS. Ce lieu doit permettre à la personne qui le désire de parler de sa situation, d’évoquer des problèmes et des besoins qui dépassent la question de la consommation. Trouver un logement, par exemple.» L’accompagnement se veut individualisé; l’approche globale.

Le coût annuel de fonctionnement de l’ECS s’élève à 1,18 million de francs. L’Institut universitaire de médecine sociale et préventive évaluera le projet pilote et rédigera un rapport intermédiaire après dix-huit mois de fonctionnement. À noter que la Fondation ABS se cherche un nouveau directeur – le poste est actuellement au concours – après le départ de Nicolas Pythoud, le 31 janvier 2017. D’aucuns évoquent des tensions entre l’intéressé et le conseil de fondation au sujet du local d’injection mais aucune des deux parties ne veut détailler les raisons du divorce ( «24 heures» du 20 décembre 2017). (24 heures)

Créé: 18.04.2018, 06h40

Articles en relation

Vaud se défend de financer le shootoir lausannois

Social Un député UDC ayant lu le préavis lausannois sur le local d’injection s’interroge sur l’implication de l’Etat. Plus...

«Il n'y aura pas d'afflux de toxicomanes à Lausanne»

Drogues Les habitants du Vallon ont fait part de leurs craintes visant le projet d'Espace de Consommation Sécurisé. Les autorités lausannoises rassurent. Plus...

Le référendum sur le local d’injection n’aura pas lieu

Lausanne L’Association romande contre la drogue a renoncé à lancer une récolte de signatures, faute de «forces nécessaires». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 19 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...