Passer au contenu principal

La Loterie Romande craint la concurrence en ligne

Forte du «plébiscite» obtenu lors de la votation de mars 2012, la Loterie romande (LoRo) connaît un «renouveau».

Une personne remplit un billet de loterie «Swiss Lotto» dans un kiosque.
Une personne remplit un billet de loterie «Swiss Lotto» dans un kiosque.
Keystone

Les revenus 2012 de la Loterie romande (LoRo) sont stables, à 367 millions de francs. Mais la concurrence croissante des opérateurs illégaux en ligne inquiète l'institution.

Son bénéfice net, également stable, s'est établi à 204,8 millions de francs, a indiqué vendredi devant la presse Jean-Pierre Beuret, président de la LoRo. Déduction faite du 1,8 million destiné à la prévention du jeu excessif (0,5% du revenu brut des jeux), 203 millions ont été distribués à quelque 3'000 institutions d'intérêt public sociales, culturelles et sportives.

Le directeur général Jean-Luc Moner-Banet se montre toutefois inquiet de la concurrence toujours plus agressive des opérateurs illégaux en ligne. Les grands distributeurs et les éditeurs de journaux se lancent aussi dans les loteries, ce qui ne réjouit pas la LoRo.

Pour maintenir sa part de marché, la Loterie romande doit investir toujours plus dans de nouveaux jeux et leur promotion. En 2012, les coûts d'exploitation ont représenté 107,5 millions (29,3% du revenu brut des jeux), soit près de 2 millions de plus qu'en 2011.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.