Lundi sera le cinquième jour de grève chez Symetis à Écublens

MedtechLes employés mobilisés avec Unia demandent des négociations pour préserver les emplois menacés par une délocalisation en Irlande.

Des dizaines d’employés grévistes ont manifesté devant leur entreprise.

Des dizaines d’employés grévistes ont manifesté devant leur entreprise. Image: FLORIAN CELLA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une grosse partie des 125 employés de Symetis ont achevé leur quatrième jour de grève, hier. Une cinquantaine d’entre eux ont unanimement voté la poursuite de la grève pour lundi. Vers midi, ils sont sortis de leur entreprise, qui produit une valve cardiaque réduisant au minimum le geste chirurgical, rue de la Venoge, à Écublens, avec pancartes et drapeaux Unia. Ils ont symboliquement enchaîné le bâtiment en l’encerclant avec une corde, tout en criant des slogans. La production est à l’arrêt.

Parmi les grévistes, Linda a été engagée il y a deux ans et demi. C’était quelques semaines avant le rachat par Boston Scientific pour 435 millions de dollars. «Tout se passait bien, il y avait beaucoup de travail et d’engagements, témoigne Linda. Nous avons tous pensé que ça durerait. Peut-être pas jusqu’à la retraite, mais en tout cas pour un bon moment. En août, il y avait encore des engagements.»

«Ils ne parlaient pas de pertes»

Son collègue Atef raconte l’annonce du transfert à Gatway, en Irlande, le 20 novembre: «Ils ont parlé de raisons logistiques et économiques, ils ne parlaient pas de perte mais d’un gain d’une vingtaine de millions grâce au transfert.» Entré en mai, Atef témoigne de l’ambition de l’entreprise: deux équipes de production, projet d’agrandissements et d’investissements supplémentaires.

Après plusieurs demandes vaines de négociations, la grève a débuté mardi. Le mouvement revendique l’ouverture de négociations pour le maintien des emplois, la prolongation de la consultation jusqu’au 31 janvier et l’acceptation de la présence d’Unia dans la délégation du personnel.

Une consultation est ouverte jusqu’à lundi, mais sans Unia. «Nous nous engageons à donner à nos employés la possibilité d’exprimer librement leurs réflexions et suggestions, indique un porte-parole de l’entreprise. Centraliser nos activités de développement produits permettra de simplifier notre chaîne logistique, d’autant que nous disposons actuellement de plusieurs sites concentrés sur les valves cardiaques à la suite d’acquisitions.»

Créé: 13.12.2019, 21h46

Articles en relation

Symetis, à Ecublens, dans la cour des grands

Technologie médicale En entrant à la Bourse suisse, l’entreprise vaudoise montre la vivacité de la branche «medtech» Plus...

Boston Scientific investit avec cœur à Écublens

Economie Le groupe américain, qui a repris Symetis il y a un an, agrandit son site de production de valves cardiaques dernier cri Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.