Lutry refuse d’imposer la mixité à la tête du Conseil

PolitiqueLe règlement du délibérant ne sera pas modifié. Il faut inciter sans contraindre, estime la majorité.

Image d'illustration. Le bourg de Lutry.

Image d'illustration. Le bourg de Lutry. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il s’agissait de rééquilibrer les débats. De faire en sorte que les femmes soient plus nombreuses au Conseil communal de Lutry. Pour y parvenir, la conseillère Verte Chantal Bellon Racine proposait d’en modifier le règlement afin d’imposer une présidence mixte, à savoir qu’il y ait au moins une personne de chaque sexe sur l’ensemble des trois postes (président, premier et deuxième vice-présidents). Le président étant généralement remplacé par son vice-président, et ainsi de suite, des femmes accéderaient ainsi au statut de première citoyenne à intervalles réguliers. Mais l’idée a été repoussée lundi par les deux tiers du délibérant.

«Il s’agit d’une mesure purement incitative. Elle vise par ricochet à augmenter le nombre de femmes au Conseil en incitant les partis à présenter des listes électorales plus équilibrées», plaidait Chantal Bellon Racine. Et de rappeler que le Conseil communal de Lutry compte actuellement 23% de femmes. «Ces listes plus équilibrées favoriseraient une représentation plus démocratique de notre société et, en introduisant cette clause, il y a fort à parier que Lutry serait précurseur dans le canton.» Son collègue Pierre Bonjour appuie: «Les femmes ont deux qualités que les hommes n’ont pas: elles ont une vision beaucoup plus raisonnable des problèmes et des solutions et sont moins agressivement ambitieuses. Or nous constatons qu’une société trop agressive et masculine fait des dégâts.»

Des arguments qui n’ont pas suffi, la majorité estimant qu’il «ne s’agit pas du bon outil» et que «l’incitation devrait passer par les partis». «Nous sommes aptes à reconnaître les qualités d’une personne indépendamment de son sexe et il est regrettable de devoir fixer des contraintes», estime le PLR Jean-Samuel Leuba. «Si un parti a peu de femmes et qu’elles ne souhaitent pas accéder à la présidence, il perdra cette opportunité», ajoute Claudia Ricci Bovier (PLR). La majorité de la commission avait pour sa part estimé qu’une telle modification «pourrait entrer en contradiction avec les textes cantonaux et fédéraux garantissant l’égalité des droits». (24 heures)

Créé: 07.05.2019, 17h57

Articles en relation

Faut-il imposer la mixité à la tête du Conseil de Lutry ?

Politique Une conseillère aimerait modifier le règlement du délibérant pour amener plus de femmes à sa tête et les inciter à s’engager. Plus...

190 francs d’amende pour une poubelle sortie trop tôt

Lutry Une habitante est dénoncée pour un sac trouvé sur le trottoir un mercredi au lieu du lundi réglementaire. Elle comparait le 1er mai. Plus...

Le syndic de Lutry s'en va

Politique Jacques-André Conne quittera ses fonctions au 31 décembre. Il souhaite «se distancier de la politique active». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.