Le Mad s’offre un nouveau look, en vert et sans capote

LausanneLa discothèque va repeindre ses façades pour porter un nouveau message. C’était non au sida, ce sera oui à l’écologie.

La pose des panneaux solaires vient de débuter sur le toit. L’été prochain, ce sont les façades qui changeront d’apparence pour défendre la cause écologique.

La pose des panneaux solaires vient de débuter sur le toit. L’été prochain, ce sont les façades qui changeront d’apparence pour défendre la cause écologique. Image: Patrick Martin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le MAD Club change de disque. Exit la campagne Stop sida et l’emblématique préservatif qui habillent les façades depuis une trentaine d’années, la discothèque du Flon portera bientôt un nouveau message. «Celui des énergies renouvelables et de la protection de l’environnement», annonce le patron, Igor Blaska. En gestation depuis des mois, la mue du bâtiment vient de débuter par la pose de panneaux solaires sur le toit. Suivront les transformations des murs extérieurs.

«Même s’il faut poursuivre sur la voie Stop sida, il semble que le message est aujourd’hui mieux acquis par les jeunes. Et puis il est tellement ancré sur la façade qu’il ne se voit presque plus, développe Igor Blaska. Nous avons donc opté pour un nouveau message de sensibilisation qui sera aussi fort que le précédent.»

L’idée première était de végétaliser l’ensemble des façades, une ambition rapidement retoquée par la Ville. L’établissement a donc tenté sa chance avec les seules faces nord et sud. Pas possible non plus, «car ça risquerait d’empiéter sur le trottoir de la rue de Genève». Au final, «il aurait été possible de végétaliser la façade qui donne sur l’esplanade du Flon, mais sans cacher les moulures du bâtiment». Ce dernier est en effet noté 3 au recensement architectural du Canton et certaines caractéristiques doivent être préservées. «Nous avons réfléchi à cette option mais la végétation aurait été très dispersée, esthétiquement ça n’allait pas. Nous avons donc abandonné le projet, à contrecœur», confie Igor Blaska.

Pour se trouver un nouveau look, l’établissement a donc mandaté plusieurs artistes lausannois. Ceux-là devront proposer un concept «très lumineux, préservant le patrimoine et transmettant un message environnemental intemporel». Il faudra aussi «faire référence à ce qui se passe à l’intérieur, à ce que les gens ressentent», prévient le patron. Une chose est déjà acquise, le préservatif de 6 mètres de diamètre sera remplacé par un immense logo peace and love. Le nouveau MAD espérait être prêt pour les Jeux olympiques de la jeunesse, en janvier 2020, mais la refonte du projet repousse sa réalisation à l’été.

Bataille pour le solaire

La direction a aussi dû se montrer convaincante pour coiffer le club de panneaux photovoltaïques. Le Service de l’urbanisme a d’abord dit non, expliquant que les règles du Flon ne le permettent pas. «Nous avons eu des échanges avec le syndic, Grégoire Junod, pour défendre le projet. J’ai notamment évoqué le bâtiment de l’Administration communale, situé à quelques mètres et recouvert de panneaux solaires», rapporte Igor Blaska. En mai 2019, la Municipalité finit par autoriser la démarche et, «au vu des arguments avancés et du contexte urbain, de dispenser de procédure de permis de construire une telle installation».

«Il y a eu une pesée d’intérêt et l’énergie verte l’a emporté sans que le patrimoine ne soit défiguré pour autant», observe Richard Mesple, directeur de la société SI-REN SA (détenue par la Ville de Lausanne et active dans les énergies renouvelables). Une centrale d’une puissance de 66 kW est donc en cours d’installation sur le toit. À titre de comparaison, c’est en général 3 à 5 kW pour une villa.

«Au vu de l’emplacement et de la visibilité, il fallait vraiment allier l’esthétique à l’efficacité. Nous avons donc opté pour des panneaux installés en dôme (est-ouest) donnant un aspect uni et évitant l’effet patchwork», souligne Richard Mesple. L’installation appartient à SIREN SA, qui l’a financée, et l’énergie sera vendue à un tarif préférentiel au MAD. «100% de l’énergie produite sera consommée par le club et le café», affirme Richard Mesple. Le café devrait avoir un bilan énergétique annuel positif et affichera le rendement en temps réel.

Créé: 14.11.2019, 06h48

Articles en relation

Le Mad Club servira le café aux oiseaux de jour

Lausanne La discothèque va ouvrir une annexe avec terrasses donnant sur la place du Flon. Plus...

Le MAD s’ouvre à la lumière du soleil

Signé Lausanne Le club lausannois est désormais aussi ouvert le jour avec un nouveau café au Flon. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 12 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...