Tous les feux sont au vert pour le musée Ramuz à La Muette

PullyLa section vaudoise de patrimoine suisse avaient déposé un recours contre le projet de transformation de la maison. Le Tribunal cantonal vaudois l'a rejeté

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’était la dernière cartouche des opposants à la transformation de l’appartement de Ramuz. La section vaudoise de Patrimoine Suisse a été déboutée par la Cour de droit administratif et public du Tribunal cantonal. Elle renonce à faire recours. La messe est donc dite. Le projet de création de logements et d’un espace muséal à La Muette, la maison nichée dans le bourg de Pully où a vécu l’écrivain de 1930 à sa mort, en 1947, verra le jour. Les juges ont considéré que la préservation de l’intégralité de son appartement présentait «objectivement un intérêt», mais que les travaux prévus ne contrevenaient pas à la loi sur la protection des monuments.

Ce projet est porté par la Commune et les héritiers de Ramuz, dont son arrière-petite-fille, par ailleurs propriétaire de la bâtisse. Il prévoit un espace muséal de 100 m2, centré autour du bureau préservé de l’écrivain et financé par la Ville de Pully (1,18 million). Le reste de la maison sera transformé selon les souhaits de la famille pour abriter cinq logements au lieu de deux actuellement.

«Nous sommes bien sûr très satisfaits de cette décision, réagit Gil Reichen, syndic de Pully. Nous devons rencontrer la famille très prochainement pour faire le point et connaître ses intentions en termes de calendrier de mise en œuvre du projet.» Impossible, pour le moment, d’annoncer une date d’ouverture du musée.

Dans l’autre camp, Patrimoine Suisse évoque «un rendez-vous manqué avec l’histoire». «Les juges n’ont pas suffisamment tenu compte de l’importance historique et culturelle de La Muette dans l’œuvre de l’écrivain.»

Le Comité de sauvegarde de la maison de Ramuz déplore une «décision qui a pour conséquence de condamner définitivement tout accès public à son appartement» et «la disparition d’un ensemble indissociable que formaient l’appartement et le bureau de C. F. Ramuz, lieux uniques de vie et de création d’un des plus grands écrivains de notre pays». En 2016, l’annonce de la transformation de La Muette avait suscité la polémique, donnant notamment lieu à une interpellation au Grand Conseil, un manifeste et une pétition de 1800 signatures.

Créé: 13.03.2019, 11h39

Galerie photo

Articles en relation

Le sort de La Muette, la maison de Ramuz, sera scellé au tribunal

Pully L'association Patrimoine Suisse a déposé un recours en vue de préserver l'appartement de l'écrivain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.