Passer au contenu principal

Le Major Davel réussit son retour sans rencontrer de résistance

La maison sur les quais de Cully a été joliment rénovée, et sa carte agréablement modernisée.

La salle intérieure assume joliment son côté marin.
La salle intérieure assume joliment son côté marin.
ODILE MEYLAN

Entre la place d’Armes de Cully et le Major Davel, la paix règne toujours. Reprise par la famille Gauer, l’enseigne qui fait face au lac s’est donné un joli coup de neuf avec un restaurant aux tons chaleureux et à l’ambiance marine. La véranda, elle, ouvre encore plus largement sur la terrasse en gazon et sur le lac. Enfin lancé à fin août, le nouveau Major Davel propose une carte supervisée par le chef du Raisin voisin, le local de l’étape Julien Ostertag.

On y trouve des tapas à déguster toute la journée sur la terrasse, comme ces poulpes en vinaigrette, d’une belle tendreté (8 fr.), du tarama joliment citronné (8 fr.) ou un agréable houmous avec son pain pita (4 fr.).

La carte, elle, se veut moderne, méditerranéenne et variée. Un joli choix de salades étudiées, offertes en entrée ou en plat (de 16 à 24 fr.). Une déclinaison de tartares et ceviche, là aussi en deux tailles (de 16 à 32 fr.). Quelques pâtes de haut vol, des moules du Mont-Saint-Michel (24 fr.), un burger (28 fr.) ou un surf and turf qui mêle entrecôte et crevettes sauvages (44 fr.), etc.

Le tartare de loup de mer est d’une belle fraîcheur, presque timide sous la purée d’avocat qui le recouvre dans son joli cercle avec une saveur plus marquée (19/26 fr.). Les filets de perche ne sont pas toujours du lac, quand la pêche du voisin Monbaron ne suffit pas aux deux restaurants. Ce soir-là, ils étaient irlandais, parfaitement meunière, offerts avec trois sauces différentes: un joli aïoli, une hollandaise aérienne et un beurre blanc écrevisse trop puissant pour le poisson délicat (36, 42 ou 48 fr. selon la taille). Parmi la déclinaison de brochettes, celle de bœuf était d’une cuisson parfaite, les cubes décorés d’un côté d’oignons frits, alors que des oignons grelots fondants les voisinaient (39 fr.). Les frites sont maison et délicieuses.

Les desserts sont joliment classiques. Quant à la carte des vins, plutôt locale, elle offre aussi un large choix au verre. Le tout est accompagné d’un service agréable et encore un peu en rodage, dirigé par l’aimable Joseph.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.