Passer au contenu principal

Les malheurs d'Alpiq ne frapperont pas Lausanne

Les dernières nouvelles du géant électrique sont inquiétantes. Le municipal des Services industriels le confirme, mais répète que la Ville n’y perdra rien.

Jean-Yves Pidoux, municipal Vert des Services industriels lausannois depuis 2006.
Jean-Yves Pidoux, municipal Vert des Services industriels lausannois depuis 2006.
ODILE MEYLAN/A

Fruit d’une fusion en 2008 entre deux sociétés électriques, le géant suisse Alpiq continue de traverser des heures noires. Le 8 mars, 24 heures faisait état d’une décision d’importance qui devra bientôt être prise. Le groupe s’apprête à céder ses participations dans ses activités de service (négoce d’énergie, service aux entreprises, technique du bâtiment), afin de garder la tête hors de l’eau. Ce redimensionnement intervient après une vaine tentative, en 2016, de remettre certains de ses barrages.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.