Passer au contenu principal

La Manivelle lance sa récolte d’objets en tout genre

La bibliothèque d’objets fait partie des huit projets plébiscités par les Lausannois et soutenus par la Ville.

La récolte d'objets a commencé le dimanche 1er décembre 2019.
La récolte d'objets a commencé le dimanche 1er décembre 2019.
Vanessa Cardoso

En attendant d’être démoli en raison de l’agrandissement de la gare de Lausanne, le bâtiment du 26, rue du Simplon, n’a de cesse de faire parler de lui. Vidé de ses locataires, il a accueilli en septembre dernier l’exposition «Traces de passages» et abrite dès à présent, dans un des appartements vacants du premier étage, la Manivelle, première bibliothèque vaudoise d’objets.

Ce projet fait partie des huit lauréats plébiscités par les Lausannois et soutenus par le nouveau budget participatif de la Ville. Ce dimanche 1er décembre 2019 entre 10 et 20 heures, la dizaine de bénévoles de l’association ont commencé la récolte des articles qui constitueront le catalogue de la bibliothèque d’objets à emprunter.

Catalogue en ligne

À la mi-journée, l’appartement grouille. Il y a ceux qui sont venus les mains vides, pour se renseigner. «Je travaille en tant que concierge au port de Lausanne, raconte Manu Perez. On reçoit énormément d’objets en bon état dont on ne sait que faire. La plupart du temps, faute de place, on les apporte à la déchetterie. La prochaine fois, je viendrai plutôt ici.» Il y a aussi ceux qui sont trop contents de pouvoir «faire un peu de place», à l’instar de Melissa de La Harpe, venue déposer une machine à hot-dog. «On l’a achetée pour une fête de famille et on a dû l’utiliser à peine trois fois! Si on devait de nouveau en avoir besoin, on repassera l’emprunter!»

L’emprunt, soumis à un abonnement mensuel ou annuel, sera possible dès le 18 janvier 2020. Un catalogue en ligne permettra non seulement de voir les articles disponibles mais aussi de les réserver. «Les personnes qui donnent des objets ne reçoivent rien en échange, c’est un don, explique Valentin Augsburger, l’un des initiateurs de la Manivelle. La durée de l’emprunt est d’une semaine, mais on s’adapte au cas par cas.» Une personne qui prendra une tente pour une virée de deux semaines n’aura pas besoin de la ramener après sept jours.

Four à raclette et visseuse

«On a fait un sondage pour savoir quels sont les objets les plus recherchés, apprend Valentin Augsburger. Parmi les plus demandés: boule à facettes, four à raclette, visseuse, tente ou appareil photo. Mais tous les articles sont les bienvenus.» Dans la mesure du bon sens. «On n’accepte par exemple pas les fusils d’assaut…»

Dans l’air du temps parce qu’en phase avec les aspirations écolos de la société, les bibliothèques d’objets se sont multipliées aux États-Unis et en Europe. En Suisse, il existe une autre Manivelle à Genève, le Leihbar à Berne, le Stamm à Sierre et des projets semblables en gestation à Neuchâtel, Bâle ou Fribourg, notamment.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.