Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Les tops et les flops de la mobilité douce

La passerelle de La Sallaz - Pensée pour relier la ville à la forêt de Sauvabelin, la structure permet de «réunir deux quartiers qui?étaient jusqu'ici coupés par la topographie» apprécient les membres du jury. Surtout, elle «permet de fuir la place de la Sallaz, grande ratée des aménagements urbanistiques lausannois de ces dernières années».
La place du Tunnel - Qualifiée de «pire place de Lausanne pour les marcheuses et marcheurs» et d'«immense carrefour», cette dernière le doit à «son manque de convivialité et à ses feux piétons interminables». Le projet de réaménagement à venir est aussi pointé du doigt car le jury estime qu'il «ne prévoit pas d'améliorer la situation».
La route de la Pierre entre Écublens et Echandens - État de Vaud, Commune d'Écublens et Office fédéral des routes se partagent ce tronçon «hostile au trafic cycliste» à cause de «l'incohérence de ses aménagements». En vrac: une piste cyclable discontinue, un passage en terre ou encore un trottoir coincé entre la chaussée et un pont (photo).
1 / 4

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.

S'abonnerSe connecter