Passer au contenu principal

Les tops et les flops de la mobilité douce

Des prix ont été décernés aux pires et aux meilleurs aménagements cyclistes et piétons de l’agglomération.

La passerelle de La Sallaz - Pensée pour relier la ville à la forêt de Sauvabelin, la structure permet de «réunir deux quartiers qui?étaient jusqu'ici coupés par la topographie» apprécient les membres du jury. Surtout, elle «permet de fuir la place de la Sallaz, grande ratée des aménagements urbanistiques lausannois de ces dernières années».
La passerelle de La Sallaz - Pensée pour relier la ville à la forêt de Sauvabelin, la structure permet de «réunir deux quartiers qui?étaient jusqu'ici coupés par la topographie» apprécient les membres du jury. Surtout, elle «permet de fuir la place de la Sallaz, grande ratée des aménagements urbanistiques lausannois de ces dernières années».
Florian Cella
La place du Tunnel - Qualifiée de «pire place de Lausanne pour les marcheuses et marcheurs» et d'«immense carrefour», cette dernière le doit à «son manque de convivialité et à ses feux piétons interminables». Le projet de réaménagement à venir est aussi pointé du doigt car le jury estime qu'il «ne prévoit pas d'améliorer la situation».
La place du Tunnel - Qualifiée de «pire place de Lausanne pour les marcheuses et marcheurs» et d'«immense carrefour», cette dernière le doit à «son manque de convivialité et à ses feux piétons interminables». Le projet de réaménagement à venir est aussi pointé du doigt car le jury estime qu'il «ne prévoit pas d'améliorer la situation».
Florian Cella
La route de la Pierre entre Écublens et Echandens - État de Vaud, Commune d'Écublens et Office fédéral des routes se partagent ce tronçon «hostile au trafic cycliste» à cause de «l'incohérence de ses aménagements». En vrac: une piste cyclable discontinue, un passage en terre ou encore un trottoir coincé entre la chaussée et un pont (photo).
La route de la Pierre entre Écublens et Echandens - État de Vaud, Commune d'Écublens et Office fédéral des routes se partagent ce tronçon «hostile au trafic cycliste» à cause de «l'incohérence de ses aménagements». En vrac: une piste cyclable discontinue, un passage en terre ou encore un trottoir coincé entre la chaussée et un pont (photo).
Florian Cella
1 / 4

Des prix «humoristiques» pour souligner de «petites touches d’espoir ou de regrets». C’est ainsi que les membres d’actif-trafiC, organisation engagée en faveur de transports durables, et de Pro Velo Région Lausanne, association défendant l’usage du vélo et les intérêts des cyclistes, ont décrit les récompenses décernées pour la première fois, vendredi à Lausanne. Quatre statuettes pour primer le meilleur et le pire de la mobilité douce dans la capitale et son agglomération. Après un appel à projets en octobre 2017, une quarantaine de propositions étaient parvenues aux deux jurys, l’un piéton et l’autre cycliste.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.