«Avec mille bénévoles, les questions sont nombreuses»

Portraits de bénévoles 3/4Tout au long du Venoge festival, découvrez ceux qui le rendent possible. Aujourd’hui, Vicky Viret, (22 ans) de Cossonay

Vicky Viret est co-responsable de la gestion des bénévoles

Vicky Viret est co-responsable de la gestion des bénévoles Image: Sylvain Muller

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«Je suis la fille de la vice-présidente Corinne Mégroz, alors ce festival, j’en ai toujours entendu parler. Lui et moi avons d’ailleurs presque le même âge! Au début, il ne m’intéressait pas, mais à 13-14 ans, j’ai commencé à y venir avec des copines. Et puis, à 16 ans, j’ai demandé à venir travailler comme bénévole. Ils m’ont mis pour quatre heures à la caisse des bons et finalement, j’ai bossé tout le week-end. Ensuite, j’ai occupé différents postes et, depuis quelque temps, j’aide ma maman à la gestion des bénévoles, dans l’optique de la soulager puisqu’elle a repris la vice-présidence.

»Notre travail commence au début de l’année avec l’inscription des tranches horaires. Ensuite, on s’occupe des bénévoles réguliers et, depuis le mois de mai, on enregistre les nouveaux. Durant toute cette période, on répond aussi aux questions. Avec plus de mille bénévoles, elles sont nombreuses! La plus fréquente: «est-ce que j’ai le droit à un billet si je bosse une tranche horaire? (ndlr: non, il faut travailler au moins deux, soit huit heures).

»Pour le festival, je prends une semaine de vacances. Ici, on accueille les bénévoles et on vérifie si ceux qui se sont inscrits viennent. On leur donne leurs T-shirts et leurs bons pour les boissons et repas. Nos journées durent donc de 7 h à 1 h du matin et parfois on prolonge encore après, mais pour le plaisir. C’est long, mais j’aime les gens. Et j’adore cette impression de travailler en famille. Car au Venoge Festival, tout le monde se connaît.»

Créé: 18.08.2017, 09h10

Articles en relation

«Il faut bien que quelqu’un s’occupe des toilettes»

Portraits de bénévoles 1/4 Tout au long du Venoge festival, découvrez ceux qui le rendent possible. Aujourd’hui, Lionel Crottaz (31 ans) de Ferreyres. Plus...

«La pop n’est pas un style honteux!»

Musique Le groupe Pegasus – l’un des plus gros vendeurs du pays – sera au Venoge Festival avec son «mainstream» assumé. Plus...

Le Venoge festival se prépare pour cinq jours de concerts

Penthalaz Le point sur les ventes de billets, l’accès en voiture et l’avenir du festival. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...