Passer au contenu principal

[VIDEO] «Mirabelle», la chèvre qui se prend pour un chien

Élevée au biberon dans une ferme du Gros-de-Vaud, la chèvre est devenue la gardienne de l’étable.

Le bruit des petits sabots sur l’escalier en bois résonne dès que Sébastien ouvre la porte de l’étable. «Mirabellevient systématiquement m’accueillir et ensuite elle ne me lâche plus. Elle est devenue le vrai chien de garde de l’étable». Un chien d’une race inédite toutefois, puisque Mirabelleest une chamoisée. Une chèvre, donc.

Familière et curieuse

«Des amis me l’ont offerte toute petite il y a une année, car ils savaient que j’aime les chèvres», explique l’agriculteur du Gros-de-Vaud dont nous tairons l’identité pour préserver sa tranquillité ainsi que celle de sa protégée. «J’ai donc dû la nourrir au biberon et j’ai vite remarqué qu’elle devenait très familière.»

Constatant que la petite chèvre voulait toujours s’échapper de son box, Sébastien a commencé à la laisser gambader dans l’étable. «Elle était très curieuse et voulait tout explorer. Mais surtout, c’était chaque fois un combat pour la faire réintégrer son box. Finalement, on a décidé de la laisser en totale liberté.»

Photo: FLORIAN CELLA
Photo: FLORIAN CELLA

Depuis, Mirabelles’est approprié l’ensemble des lieux. Tantôt sociable au milieu des vaches, tantôt solitaire au premier étage entre les bottes de paille. «Elle est maintenant vraiment chez elle ici. Un jour quand nous avons voulu déplacer des veaux, elle a essayé de les retenir dans leur enclos. Et quand j’arrive le matin, s’il y a un problème avec une vache, elle bêle d’une façon particulière, comme si elle voulait m’avertir.»

Il arrive aussi à Mirabelled’aller brouter un peu d’herbe fraîche à l’extérieur, ce qu’elle est justement en train de faire pendant que l’on discute. Trois promeneuses arrivent. «Coucou Mirabelle. Tu vas bien ce matin?». «Elle est marrante, elle vient toujours vers nous en remuant la queue comme un chien. Au début on avait peur qu’elle nous suive, mais elle reste bien là», racontent les dames en caressant la «chèvre de garde» de Sébastien. Cette liberté totale vaut d’ailleurs régulièrement des coups de fil à l’agriculteur. «Les gens la voient gambader autour de l’étable et s’inquiètent. Comme mon numéro est inscrit sur certaines machines, ils m’appellent et je leur explique que tout est normal, qu’il n’y a pas de soucis à se faire.»

Star de magazine

L’automne dernier, Mirabellea aussi été la star d’une séance photos du magazine de mode genevois New Sight. «Quelqu’un a débarqué un jour en étant à la recherche d’un décor campagnard. Cette personne avait déjà repéré le paysage autour de l’étable quand Mirabelleest arrivée. Le choix a été vite fait». Sauf que faire prendre la pose à une jeune chèvre aux côtés d’un mannequin n’est pas une sinécure. «J’ai donné des granulés à la dame en lui disant de les distribuer un par un. Mais quand il n’y en avait plus, elle n’a pas ouvert la main. Du coup, pour quémander une friandise supplémentaire, Mirabellen’a rien trouvé de mieux que de lui pincer le soutien-gorge.»

Sébastien ne cache pas qu’au fil des mois, il a établi une vraie complicité avec sa chèvre. «Comment faire autrement avec une couenne pareille? Son côté taquin, presque emmerdeuse, me correspond assez. Et puis dans mon métier, on travaille souvent seul, alors Mirabellem’apporte une présence. Je ne pourrais plus m’imaginer traire sans l’avoir en permanence dans les pattes et entrain d’attraper les tuyaux.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.