Le modèle d’affaires de Beaulieu «est mort»

LausanneLa crise qui sévit depuis décembre a achevé la fondation. Une SA lausannoise focalisée sur le sport et la santé sera fondée, pour 36 millions. Le volet pénal n’est, lui, pas clos.

La profonde crise de la Fondation de Beaulieu provoque sa dissolution. Elle sera remplacée par une SA en mains des autorités lausannoises. Les halles nord du site sont appelées à être rasées pour bâtir à la place des espaces dédiés à des activités économiques liées au sport et à la santé. Côté pénal, l’affaire suit son cours. L’ex-secrétaire général de la fondation est toujours sous enquête. Un premier audit mené par la Ville ce printemps a permis de démontrer que 12 millions de francs n’avaient pas correctement été inscrits aux comptes. De quoi faire grimper le déficit à 15 millions.

La profonde crise de la Fondation de Beaulieu provoque sa dissolution. Elle sera remplacée par une SA en mains des autorités lausannoises. Les halles nord du site sont appelées à être rasées pour bâtir à la place des espaces dédiés à des activités économiques liées au sport et à la santé. Côté pénal, l’affaire suit son cours. L’ex-secrétaire général de la fondation est toujours sous enquête. Un premier audit mené par la Ville ce printemps a permis de démontrer que 12 millions de francs n’avaient pas correctement été inscrits aux comptes. De quoi faire grimper le déficit à 15 millions. Image: Chantal Dervey -A

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Huit mois pour une révolution. À Beaulieu, depuis décembre 2017, la crise fait rage. Et elle provoque aujourd’hui une refonte complète tant de la gestion du site que de son visage et de sa fonction.

Pour rappel, une magouille géante a été mise au jour en fin d’année dernière. En cause, les méthodes de comptabilité douteuses pratiquées par la fondation et par son secrétaire général, Marc Porchet. Ce dernier est, depuis, visé par une dénonciation pénale qui porte sur trois volets.

«Les pertes réelles étaient sous-évaluées»

Premièrement, l’attribution de mandats à des sociétés lui appartenant à lui ou à ses proches, sans appel d’offres. Mais aussi l’incertitude de la réalisation de tout ou partie de ces travaux. Enfin, une comptabilité incorrectement présentée. Si, en décembre dernier, les autorités cantonales et lausannoises craignaient une affaire portant sur 27 millions, il est désormais établi que 12 millions de francs ont fait l’objet d’inscription incorrecte dans les comptes de la fondation en 2015, 2016 et 2017. Et s’ajoutent donc au déficit de la fondation. Les comptes affichent ainsi un déficit de 15,4 millions. «Le conseil de fondation ne pouvait pas être au fait de la situation, car les pertes réelles étaient sous-évaluées», indique Nicolas Gigandet, directeur général de la fondation depuis le début de la crise. L’enquête pénale se poursuit. Et ne révèle rien de plus pour le moment.

Sur le mégasite lausannois, des décisions radicales ont déjà été prises. Dans la foulée des annonces de l’an dernier, Lausanne a repris le contrôle des activités de la fondation. Le syndic, Grégoire Junod, en est devenu le président. Pour expertiser les finances de la structure via un audit, pour accueillir de nombreux congrès et foires – il y a eu 35% de visiteurs en plus sur le site début 2018, comparé à 2017 – et pour assurer que les projets en cours de réalisation puissent être menés à bien (lire encadré).

Un pilote, un propriétaire

Au fil des mois, une réalité s’impose. «Il faut un pilote unique et une ligne claire du modèle d’affaires», résume Grégoire Junod. Le modèle de la fondation «est mort», assène le syndic. Elle sera donc liquidée. À la place, une SA en mains de la Ville de Lausanne sera créée, moyennant 36 millions de francs de capital propre et 25 millions de cautionnements. L’entité sera ouverte en capital aux autres collectivités vaudoises. «On s’engage, mais on reprend tous les biens, précise Grégoire Junod. Ils ont une valeur immobilière, c’est donc davantage un placement.»

Le Canton se retire totalement de la gestion du site. Il annulera une dette de 15 millions et cautionnera les locaux de la Haute École de La Source, bientôt inaugurés sur le site, à hauteur de 28 millions. Il soutient aussi le Tribunal arbitral du sport (TAS), qui prévoit de s’installer à Beaulieu, via un prêt de 10 millions. Les élus de la Ville et les députés devront valider ce virage d’un point de vue tant économique que juridique. Ils prendront connaissance du détail d’ici à la fin de l’année et voteront avant mars 2019. «L’appui du Canton se fait au sens de la loi sur le développement économique, explique Grégoire Junod. Mais les intérêts et les amortissements des charges seront pour la Ville de Lausanne.»

Miser sur la santé et le sport

Pour assurer la viabilité du site, les autorités estiment qu’une autre révolution est nécessaire. Lausanne, propriétaire des halles nord du site de Beaulieu, a décidé qu’elles seront détruites, tout comme le front Jomini. La Ville est en est propriétaire depuis décembre dernier. Le vote avait eu lieu moins de deux semaines avant que n’éclate l’affaire!

La valeur foncière de ce secteur devrait être grandement augmentée en y prévoyant des activités économiques et non pas du logement. «Ce n’est pas un trop pour Lausanne qui, à part à la Rasude, n’a pas de grand projet d’espaces destinés à l’économie», rappelle Grégoire Junod. Dans ce nouveau complexe, il sera question de santé, de sport, de nouvelles technologies. Pile dans la cible et «en cohérence» avec les futurs occupants du site: la Haute École de La Source et le TAS.

Pour voir l'infographie en grand, cliquez ici.

Il faudra «au moins cinq ans» avant de voir ce projet se réaliser, avertissent les autorités lausannoises. Qui s’empressent aussi de préciser que la hauteur des bâtiments restera similaire à ce qu’on connaît aujourd’hui. Pas de nouveau plan Taoua au programme, donc. Jusqu’en 2021, MCH, organisateur du Comptoir Suisse, pourra bénéficier de l’espace s’il le souhaite.

D’ici à la destruction, les autorités promettent des appels à projet pour «amener de la vie» dans les halles. La période servira aussi à assurer le consensus autour de cette nouvelle configuration. Avec les riverains, très actifs depuis l’aventure Taoua. Mais aussi avec les milieux économiques. Les hôteliers et Lausanne Tourisme semblent acquis à la cause: ils étaient présents aux côtés des autorités pour annoncer cette grande refonte. Et n’ont pas caché leur envie de voir Beaulieu se positionner fortement en havre de congrès et de petites foires, eux qui rappellent que 65% des nuitées de la ville sont liées aux affaires. Le monde du tourisme pourrait d’ailleurs participer à l’effort financier prévu, via une augmentation de la taxe de séjour.

Créé: 31.08.2018, 11h27

Les chantiers



La Haute École de La Source

En décembre dernier, l’onde de choc avait résonné fort dans le chantier déjà en cours de l’école. Une course pour rassurer et terminer le chantier dans les délais de la rentrée avait été lancée immédiatement. Elle s’achève ces jours. Et les étudiants prendront leurs quartiers ces prochains jours.




Tribunal arbitral du sport (TAS)

À l’étroit dans ses locaux de Béthusy, l’instance planchait sur son projet au moment de l’éclatement de la crise. Depuis, le TAS a été convaincu de ne pas renoncer à venir s’installer à Beaulieu. Sa demande de permis de construire a été déposée et n’a pas rencontré d’opposition. Il s’installera au sud des halles sud ces prochaines années. Le chantier devrait débuter en été 2019.




Théâtre de Beaulieu

C’est notamment en examinant l’état des devis de ce chantier énorme que les autorités lausannoises ont été alertées par les dysfonctionnements de la Fondation de Beaulieu. Les 26,5 millions de francs débloqués par les élus en 2015 ne semblaient plus du tout suffire. Les devis s’élevaient à 46 millions! Ce printemps, une grande réévaluation du chantier a permis de ramener les coûts envisagés à 35 millions. C’est toujours beaucoup plus qu’auparavant. Autre revirement: les travaux auront bien lieu dès l’été prochain, comme prévu avant la crise. Ils se feront en coordination avec ceux du TAS. Ces deux entités fonctionneront en silo pour ce qui est de leurs parties publiques. Mais leurs installations techniques seront communes. Le théâtre bénéficiera de sa propre entrée, depuis les jardins de Beaulieu. Les autorités annoncent un foyer plus «accueillant» qu’auparavant, mais «un peu moins» de places dans la salle. Il sera aussi adapté à la tenue de congrès.




Béjart Ballet Lausanne

Propriétaire de ses murs depuis quelques mois, le BBL vit la crise actuelle à l’écart de la tourmente, alors que ses locaux sont sur le site de Beaulieu. De grands travaux devraient y commencer courant 2019.

Articles en relation

Des licenciements sont à craindre à Beaulieu

Lausanne Le groupe MCH serait en passe de se désinvestir du Palais de Beaulieu. La Fondation pourrait reprendre la main sur l’exploitation du site. Plus...

La Fondation de Beaulieu prend le contrôle du site

Lausanne MCH et la Fondation de Beaulieu ont confirmé l’accord signé entre les deux partenaires. Une demi-douzaine de licenciements prévus. Plus...

La disgrâce du système Beaulieu fait des dégâts

Lausanne Sevrées de mandats, les sociétés choyées par le secrétaire général Marc Porchet ont dû licencier. Avec cette affaire, le canton a ainsi déjà perdu une quarantaine d’emplois. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.