Modesa fermée, la passion du tissu se poursuit à Lausanne

BoutiqueEmployée, Fabienne Coderey devient patronne afin que subsiste ce commerce qu’elle a servi pendant près de 30 ans.

Fabienne Coderey a repris le fonds de commerce de la célèbre boutique Modesa, qui survivra sous un nouveau nom: Passion Tissus.

Fabienne Coderey a repris le fonds de commerce de la célèbre boutique Modesa, qui survivra sous un nouveau nom: Passion Tissus. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Samedi dernier, la boutique Modesa fermait définitivement ses portes à la rue de Bourg. Mais l’apéro offert par les employées avait une saveur particulière. Si l’enseigne, fondée en 1970, à Bienne, disparaît du paysage en raison d’une baisse continue de son chiffre d’affaires, le fonds de commerce lui survira grâce à ses employées qui ont refusé la fatalité. La boutique rouvrira le 16 août, sous le nom de Passion Tissus.

C’est Fabienne Coderey qui a décidé de reprendre les choses en main. Elle a manifesté son intérêt dès l’annonce de la fermeture de Modesa rendue publique. Employée depuis une trentaine d’années, elle devient ainsi patronne de la nouvelle boutique, patronne de ses collègues. «C’est d’abord pour conserver nos emplois, dit-elle. Mais aussi pour que perdure ce commerce au centre-ville.»

«On est un peu comme les magasins de disques», nous confiait le fondateur de Modesa, Viktor Frech, au moment d’annoncer la fin des activités de l’entreprise familiale. Ses employées lausannoises, elles, ont vu les choses de façon plus positive. Après tout, si le commerce du disque s’est effondré, il a trouvé une nouvelle jeunesse au travers du vinyle. Il en va de même pour la couture: «Bien sûr, il y a beaucoup de dames qui en font, mais les jeunes s’y sont remis, assure Fabienne Coderey. Et la mode des déguisements japonais (le cosplay) nous amène de nouveaux clients, y compris des hommes.»

La nouvelle patronne est consciente des facilités que lui a offertes son ancien employeur. «Il nous a soutenues en se portant garant pour le loyer de la boutique et nous cède le stock restant après plusieurs mois de soldes», confie Fabienne Coderey. Il a malgré tout fallu batailler pour conserver la boutique de la rue de Bourg. Mais la patronne tenait à rester là, proche de sa clientèle.

Couturières et syndique

Âgée de 60 ans, Fabienne Coderey devient donc commerçante indépendante. Elle avait déjà largement participé à la gestion de la boutique. La voilà désormais seule aux commandes. Un saut un brin effrayant. Mais son parcours lui a donné l’élan nécessaire puisque, à ses heures perdues, la nouvelle patronne occupe le siège de syndique de Berolle, près de Bière. «Ça a beau être un village, c’est une expérience qui apporte beaucoup de connaissances, dit-elle. Sans cela, je ne me serais peut-être pas lancée.»

La nouvelle enseigne ne va pas bouleverser les habitués du magasin. Mais Fabienne Coderey compte tout de même dynamiser ce commerce. Libérée de l’entreprise mère, elle a désormais le loisir de gérer son stock: «On va essayer de le renouveler davantage, tout en conservant les tissus de base.» Et puis elle aimerait bien développer un peu son rayon mercerie et organiser des cours en soirée, à partir de l’automne prochain. Autant profiter d’un atout majeur de ce qui restera un peu Modesa: ses employées et leurs connaissances, puisqu’elles sont toutes couturières ou courtepointières de formation.

Créé: 03.07.2019, 07h10

Articles en relation

Modesa va fermer mais ses employées veulent résister

Lausanne En bout de course, la vente de tissu au mètre perd une enseigne mythique. Mais, à la rue de Bourg, le personnel croit à un avenir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...